18/06/2011

Hiver 2010-11

20101218 (8).jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Test : suite à un  sérieux problème de changement de plateforme en juillet dernier, ce blog a été complètement bouleversé, ce qui explique que les photos sont devenues minuscules et que mes titres ont disparu. Je tente un nouvel essai pour le remettre à flot.  

Première photo d'un renouveau ou flop total, vous le verrez...

 

 

14:35 Écrit par Karelkoning1 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

28/04/2010

rues Tassenère, du Laury et Par-delà l'Eau (2)

Quelques images de ce petit coin si particulier que je qualifierais de petite enclave jamelovienne, excentrée par rapport centre du village, dans un cadre vallonné, presque montagnard ! Les moutons et les vaches se retrouvent de manière saisonnière en pâture. André Gide aurait pu y écrire sa "Pastorale" !

 

 

20070409 (64)

 

T-2004-02-28 (3)

 

T-2004-02-28 (4)

 

 T-2004-02-28 (10)

 

T-2004-02-28 (9)

 

T-2004-02-28 (8)

 

T-2004-02-28 (6)

 La rue Tassenère est sans doute la plus pentue de la commune. Des mollets en excellente condition physique sont exigés pour faire remonter votre bicyclette.

T-2004-02-28 (5)

 

T-2004-02-28 (2)

 

T

En haut de cette fameuse côte 

20-04-2003 026

 Vue plongeante sur la vallée, appelée "Basse Forêt"

2004-11-07 058

  

20070416 049

 

20070416 051

 A droite du bas de la rue Tassenère, en descendant la rue du Laury, nous apercevons la ligne de chemin de fer.  

20070416 060

 

20070416 062

 

20070416 068

 

20070416 070

 

20070416 072

 

20070416 038

 Retour dans la rue du Laury

20070416 041

 

2004-04-17 (29)

 Dans le prolongement de la rue du Laury, la rue Par-delà l'Eau (qui sera l'objet d'un thème bien séparé et plus complet dans un proche avenir) . Il semblerait que cette maison soit à cheval sur les deux rues et sur deux communes (officiellement à Jamioulx). Si quelqu'un pouvait m'éclairer à ce sujet ...

20070312 687

Quelques autres vues générales

2004-03-28 (22)

 

2004-04-12 (20)

 

2004-04-12 (25)

 

20070326 021

 

20070326 117

 

20070326 145

 

20070326 148

 

Vues prises de l'Eau d'Heure, non loin du petit barrage 

2004-04-12 (19)

 

20070409 (37)

 

20070409 (43)

 

20070409 (53)

 

20070409 (62)

 

20070409 (80)

 

20070409 (119)

 

20070430

La rue Tassenère cachée par cet écrin de verdure et par ce cadre on ne peut plus bucolique. Qui pourrait croire que cette vallée se trouve à quelques encablures de Charleroi ? Les clichés ont parfois la vie dure.

 

22:44 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

20/02/2010

Sous la neige

 

En ancien français noif, du latin nĭvem, accusatif de nĭx, de même sens. La forme neige est analogique de neiger, du latin populaire *nĭvīcare (cf. it. nevicare).
Le mot provient de l’indo-européen commun snoygʷʰos que l’on retrouve dans l’anglais snow, l’allemand Schnee, le russe снег (sneg), le tchèque sníh, le polonais śnieg, le sanskrit स्नेह (snēha), le lituanien sniegas, le vieux prussien snaygis, le gotique snaiws, le gaélique irlandais snechta/sneachta, le grec ancien νιφας (niphas), le gallois nyf, le vieux norvegien snjór...
source : wiktionary

 

 

Les hivers d'antant se sont fait rares et pourtant, ces deux dernières années furent mémorables. L'hiver 2009-2010 a été exceptionnel dans sa longueur et ses chutes de neige mais 2008-2009  a battu des records de froid   : -18 ° enregistré à Jamioulx. Le premier cliché est assez éloquant : le barrage est gelé !

 

Copie de 20090111 (92)

 

 

 Mais revenons dans l'ordre décroissant avec cette série prise le 15 février 2010 :

Copie de 20100215 (25)

 

Copie de 20100215 (27)

 

Copie de 20100215 (30)

 

Copie de 20100215 (32)

 

Copie de 20100215 (35)

 

Copie de 20100215 (37)

 

Copie de 20100215 (39)

 

Copie de 20100215 (40)

 

Copie de 20100215 (42)

 

Copie de 20100215 (46)

 Suffira-t-il de déployer les parasols pour se croire en été ? 

Copie de 20100215 (49)

 

Copie de 20100215 (54)

 

Copie de 20100215 (60)

 

Copie de 20100215 (61)

 

Copie de 20100215 (62)

 

Copie de 20100215 (64)

 

Copie de 20100215 (67)

 

Copie de 20100215 (70)

 

Copie de 20100215 (76)

 

Copie de 20100215 (81)

 

Copie de 20100215 (84)

 

Copie de 20100215 (87)

 

Copie de 20100215 (90)

 

Copie de 20100215 (93)

 

Copie de 20100215 (95)

 

Copie de 20100215 (98)

 

Copie de 20100215 (102)

 Parcours Hébert

Copie de 20100215 (111)

 

Copie de 20100215 (120)

 

Copie de 20100215 (123)

 

Copie de 20100215 (128)
 

 

Copie de 20100215 (133)

 

Copie de 20100215 (137)

 

Copie de 20100215 (140)

 Au bout de la rue du Fayat

Copie de 20100215 (152)
 

 

Copie de 20100215 (156)
 

 

Copie de 20100215 (160)

 

 

Copie de 20100215 (61)

 

 

 Copie de 20100215 (162)

 Ruisseau à l'entrée du bois dans le tournant de la rue d'Andrémont

 Copie de 20100215 (9)

 

 Copie de 20100215 (23)

 

 Copie de 20100215 (14)

 

 Copie de 20100215 (16)

 

 Copie de 20100215 (18)

 

Copie de 20100130 (2)

 

Copie de 20100103

Le 3 janvier 2010 : passage du sel avec un efficacité évidente...

 et un coup de main du soleil

Copie de 20100103 (1)

 

Copie de 20100103 (10)

 

Copie de 20100103 (12)

 

Ci-dessous , le 2 décembre 2010 : à quelques jours près, un Noël blanc. Dommage...

Copie de 20091220 (14)

 

Copie de 20091220 (18)

 

Copie de 20091220 (22)

 

Copie de 20091220 (25)

 

Copie de 20091220 (30)

 

Copie de 20091220 (38)

 

Copie de 20091220 (40)

 

Copie de 20091220 (44)

 

Copie de 20091220 (45)

 

Copie de 20091220 (51)

 

 Copie de 20091220 (56)

 

Copie de 20091220 (62)

 

Copie de 20091220 (70)

 

Copie de 20091220 (71)

 

Copie de 20091220 (73)

 

Copie de 20091220 (80)

 

Copie de 20091220 (89)

 Voie 2, destination Charleroi

Copie de 20091220 (90)

 

Copie de 20091220 (94)

 

Copie de 20091220 (96)

 

Copie de 20091220 (103)

 

Copie de 20091220 (106)

 

Copie de 20091220 (107)

 

Copie de 20091220 (114)

 

Copie de 20091220 (115)

 

Copie de 20091220 (119)

 

Copie de 20091220 (124)

 

Copie de 20091220 (130)

 

Copie de 20091220 (132)

 

Copie de 20091220 (134)

 

Copie de 20091220 (141)

 

Copie de 20091220 (143)

 

Copie de 20091220 (145)

 

Copie de 20091220 (152)

 

Copie de 20091220 (159)

 

Copie de 20091220 (161)

 

Copie de 20091220 (163)

 

Copie de 20091220 (168)

 

Copie de 20091220 (170)

 

Copie de 20091220 (173)

 

 

Le 11 janvier 2009 :

Copie de 20090111 (16)

Certains n'hésitent pas à s'offrir une joute nautique par un froid de canard.

Copie de 20090111 (22)

 

Copie de 20090111 (23)

 

Copie de 20090111 (32)

 

Copie de 20090111 (38)

 

Copie de 20090111 (44)

 

Copie de 20090111 (52)

 

Copie de 20090111 (58)

 

Copie de 20090111 (62)

 

Copie de 20090111 (65)

Intersection de la rue du Laury et de la rue Tassenère.

Copie de 20090111 (67)

 

Copie de 20090111 (70)

 

Copie de 20090111 (81)

 

Copie de 20090111 (83)

 

 

 

Copie de 20090111 (88)

Retour au barrage  : l'Eau d'Heure partiellement gelée. Un spectacle insolite.

 

Copie de 20090111 (96)

 

Copie de 20090111 (108)

 

Copie de 20090111 (110)

 

Copie de 20090111 (120)

 

Copie de 20090111 (123)

 

Copie de 20090111 (172)

10:25 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/12/2009

rue des Déportés


La rue des Déportés est la porte d'entrée principale de Jamioulx en provenance de Charleroi. Il est donc important de l'analyser photographiquement sous toutes ses coutures ! Mais comme je suis le roi de la contradiction, commençons donc par le bas.

 

 

1-20070415 027

 D'après la numérotation, les premières maisons de la côte serait encore assimilée à la Place communale (aurais-je tort ?) mais dans une logique d'ensemble, elles seront reprises dans ce thème.

2-2005-03-06 (140)

 Sous la neige, photos prises le 6 mars 2007. Nous n'étions pas encore victimes du réchauffement climatique !  :)

3-2005-03-06 (2)

 

3-2005-03-06 (3)

 

3-2005-03-06 (4)

 

3-2005-03-06 (5)

 

 

3-2005-03-06 (6)

 

 

 

3-2005-03-06 (7)

 

 

 

3-2005-03-06 (8)

 

 

 

3-2005-03-06 (9)

 

3-2005-03-06 (10)

 

 

3-2005-03-06 (60)
 

 

4-20070402 (51)

 Un mois plus tard, le contraste est saisissant (13 avril 2007)

6-20070413 123 (8)

 

6-20070413 123 (9)

 

6-20070413 123
 

 

 

7-2005-05-22 035 (42)

 

 

8-2004-03-28 (83)
 

 

9

 

20091213 (71)

De nouveaux appartements devraient être habités sous peu. Une belle réussite esthétique et un "plus" pour notre commune. 10-20070413 067 (2)

 

 

10-20070413 067

 

 

11-20070413 059 (2)

 


11-20070413 059

 

12-2004-03-28 (81)

 

 

1-2004-03-28 (83)

 

 

1b-20070415 056

 

 

 

2-2004-03-28 (80)

 

3-20070415 078

 

20091213 (57)

 

 

4-Copie de 2004-03-28 (96)

 

5-2004-03-28 (99)

 

6 (2)

 

6

 

6a-2004-03-28 (98)

 

7-20070415 084

 

7a-rue des Déportés 31-Jamioulx (4)

 Photo parue sur le site web d'une agence immobilière

 

8-2004-03-28 (100)

 

 

9-20070415 081

Cette  maison fut la propriété de l'ancien bourgmestre d'Ham-sur-Heure - Nalinnes, Monsieur Jean Hainaut

10-2005-03-05 (1)

 Patinage pas très artistique, mars 2005

 11-20070415 090

 La station Fayt, qui fut pendant de nombreuses années garnie de pompes à essence, changea de fonction maintes fois lors des deux dernières décennies. A une petite boutique de vêtements, succédèrent une agence d'entrepreneur et un éphémère centre de nettoyage pour voitures. Dans le courant de l'automne 2009, un salon de coiffure pour hommes s'installa et semble désormais être en bonne voie pour devenir un des fleurons du commerce jamelovien. 

20091213 (56)
 

 

20091213 (49)
 

 

20091213 (44)

 

12-20070415 091

 

 

13-20070415 086

 

 

14-20070415 098 (2)

Les entreprises Fayt-Carlier, une institution dans le paysage communal, sont spécialisées dans le commerce des graines.

 

14-20070415 098

 

 

15-20070415 106

 

 

9-20091213 (2)

 

9-20091213 (37)

 

10-20091213 (2)

 

10-20091213 (33)

 

 

11-20091213 (38)

 

12-20070415 121

 

 

13-20091213 (32)

 

14-20091213 (26)
 

 

15-20070312 296

 

16-20091213 (20)

 

17-20091213 (2)

 

 

17-20091213 (15)

 

18-20091213 (9)
 

 

19-20070415 130
 

 

 20-20091213 (2)

 

 Et pour terminer, quelques vues de la rue des Déportés vue depuis la ligne de chemin de fer... 

20070312 430

20070312 415

20070312 549

  


20070312 543

 

2005-01-09 168

 

Château de "La Foliette"

 Pendant le printemps 2000, Madame Huet, propriétaire du château de la "Foliette" avait ouvert ses portes aux visiteurs et "La Nouvelle Gazette" lui avait consacré un article avec une photo en première page !

En voici la copie ( 22 avril 2000) :  

2000422-La Folliette (8)

 

20091213 002

 

 

Et quelques photos numérisées :

2000422-La Folliette (11)
 

 

 

20000422-La Foliette, réduc (7)

 

20000422-La Foliette, réduc (6)

 

2000422-La Folliette (5)

 

2000422-La Folliette (4)

 

20000422-La Foliette, réduc (3)

 

20000422-La Foliette, réduc (2)

 

20000422-La Foliette, réduc

 Madame HUET

 

 

21:35 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/12/2009

rue de la Reine Astrid

 

Petite rue très discrète , voire oubliée, et pourtant pleine de charme. Votre regard ne pourra éviter la charmante demeure qui se situe en retrait de la rue des Bruyères à hauteur de la rue du Vert Logis.

 

 

2004-03-27 (140)

 

2004-03-27 (141)

 

20061103 014

 

20070312 204

 

20070312 210

 

20070312 218

 

20070312 223

 

20070312 224

 

20070312 225
 

 

20070312 228
 

 

20070312 230
 

 

20070312 234

17:46 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/10/2009

Travaux dans l'Eau d'Heure

 Dans la première quinzaine du mois de septembre 2009, des travaux de consolidation des berges ainsi que, par la même occasion, de dragage eurent lieu dans l'Eau d'Heure au niveau du pont de Jamioulx. De nombreux habitants furent éblouis par l'agilité de la pelleteuse qui était conduite d'une dextérité digne de la précision d'un horloger.

   

 

20090916 001

 

20090916 003

 

20090916 005

 Vestiges des piliers en pierre bleue de l'ancien pont.  La construction de l'ouvrage actuel datant de 1961 (si un lecteur pouvait me confirmer cette information).

20090916 006

 

20090916 009

 

20090916 013

 

20090916 020

 

20090916 028

 

20090916 031

 

 

20090916 033

 

 

20090916 035

 

20090916 038

 

20090916 042

 

20090916 045

 

20090917 (2)

 

20090917 (5)

 

20090917 (8)

 

20090917 (12)

 

20090917 (17)

 

20090917 (20)

 

20090917 (24)

 

20090917 (29)

 

20090917 (41)

 

20090917 (47)

 

20090917 (64)

 

20090917 (67)

 

20090917 (81)

 

20090917 (82)

 

 

20090917 (83)

 

20090917c (2)

15:21 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/08/2009

Charleroi aux USA

Sacrilège ! Je me suis permis un petit écart de conduite en brisant l'homogénéité de ce blog. Pourquoi un sujet sur Charleroi aux USA ? L'envie me démangeait de vous faire partager quelques photos de la ville située en Pennsylvanie. Puisqu'il n'existe aucun site, aucun blog sur la ville soeur de notre métropole belge, la voici inclue ici. Pour la petite histoire, sachez qu'elle a vraiment été fondée par des Carolos, qu'il existe également un Charleroi North, situé...au nord et qu'elle se situe à une quarantaine de kilomètres de Pittburgh, grande cité industrielle américaine jumelée avec notre Charleroi ! 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (11)

 Arrivée à Charleroi

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (17)

 Une sortie  d'autoroute qui finalement n'a rien de bien différent de chez nous.

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (20)

 Charleroi niche dans une vallée verdoyante le long de la  Monongahela river.

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (25)

Entrée dans la ville (notez l'inscription sur le bus scolaire). Je ne vous cache pas que cela me paraissait étrange.

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (29)

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (36)

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (39)

Le bowling

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (41)

 

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (42)

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (45)

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (44)

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (46)

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (47)

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (48)

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (51)

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (52)

 

 

20080908-c-Charleroi, Pennsylvanie (53)

12:30 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

03/08/2009

Accident : une voiture dans l'Eau d'Heure

 2 août 2009

Ce week-end , dans la nuit de samedi à dimanche , aux alentours de minuit, une voiture a effectué un vol plané dans l'Eau d'Heure. Elle provenait en droite ligne de la rue par-delà-l'Eau et s'est retrouvée sur le toit.

Une ambulance, les pompiers, la protection civile et la police se sont rendus sur les lieux de l'accident qui n'a fait aucune victime.

 Copie de 20090802-Sporting-Bruges 002

 

20090801 342

 

20090801 344

 

20090801 350

 

20090801 352

 

20090801 357

20090801 360

 

20090801 367

 

20090801 380

 

20090801 386

 

 

 

20090801 389

 

20090801 393

 

20090801 400

 

20090801 402

 

20090801 406

 

20090801 410

 

Copie de 20090802-Sporting-Bruges 001

 Des barrières. Pour combien detemps avant les réparations ?

Copie de 20090802-Sporting-Bruges 003

 

Copie de 20090802-Sporting-Bruges 004

08:50 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/04/2009

Noyade au barrage (18 avril 2009)

Un pari vire au drame

Julien, 15 ans, se noie dans la Sambre

C'est sans doute un pari stupide entre adolescents qui a causé la mort, par noyade, de Julien Stawiarski, un Marcinellois de 15 ans.

Malgré la météo maussade, le jeune homme et deux de ses amis ont décidé de se baigner dans l'Eau d'Heure, à hauteur du déversoir de Jamioulx. Les remous provoqués par le barrage et la turpitude des eaux auraient suffi à décourager n'importe quel baigneur. Mais les trois camarades, qui avaient consommé quelques bières, ont osé s'aventurer dans ce que les plongeurs des pompiers de Charleroi ont qualifié de véritable « machine à laver ». « L'eau était glaciale, explique Orlando, l'un des amis de la victime. Je regagnais la berge lorsque Julien, par défi, a replongé. Il a été emporté par le courant. J'ai voulu l'aider, mais j'ai moi-même failli me noyer. »

Julien n'est plus réapparu à la surface. Choqués, ses deux camarades ont tardé à appeler les secours. « Ils sont restés sur place une quarantaine de minutes en espérant voir leur ami remonter à la surface, explique le commissaire Laurent Rapport de la police locale de Charleroi. Ils ont ensuite rejoint à pied l'avenue Meurée de Marcinelle. Ce n'est donc qu'à 21 h 48 que nous avons reçu l'appel. »

Descendus sur place, les plongeurs des pompiers carolos n'ont pu se mettre directement à l'eau, vu la force du courant. A l'aide de grappins, ils ont tout d'abord sondé les fonds du déversoir, avant qu'un ingénieur des voies navigables ne vienne leur prêter main-forte. « Nous avons d'abord accéléré le courant, explique le commandant André Gilles. Quatre plongeurs, arrimés à une corde, ont formé un barrage humain. Sans résultats. Le barrage a ensuite été fermé et les plongeurs ont pu accéder aux abords du déversoir. » Les recherches ont été interrompues vers 1 heure du matin pour reprendre dimanche, vers 9 heures. Finalement, le corps de Julien a été repêché vers 10 heures, à un kilomètre en aval.

F.Ds
Le Soir

Kevin : "J'ai failli être emporté. L'eau était bien trop froide”

L'un des camarades de Julien a manqué de se noyer en tentant de le sauver

 Prostrés dans l'ambulance, Kévin et Orlando, les amis de Julien Stawiarski, ont été ramenés par la police sur les lieux du drame. Leur témoignage était évidemment primordial dans la recherche du corps du jeune homme puisque, après un tel délai, il n'était évidemment plus question de le retrouver vivant.

Transis de froid, les deux jeunes échangent quelques brèves paroles, regardant de temps à autre en direction des eaux noires de la rivière. Là où leur ami a été englouti par le courant.

"Moi, je n'ai pas nagé, explique Kévin, penaud. Elle était bien trop froide.” Et Orlando renchérit : "C'était la deuxième fois que nous venions ici. J'allais sortir à cause de la température quand Julien, par défi, a décidé de replonger. Il a été emporté par le courant. J'ai tenté de le récupérer, mais j'ai moi-même failli me noyer. C'est Kévin qui m'a aidé à sortir. Julien, lui, n'est plus réapparu.”

Choqués, les deux jeunes ont été ramenés en milieu hospitalier pour y recevoir un soutien psychologique. Et c'est sans doute cet état de choc qui a paralysé Kévin et Orlando, les empêchant d'appeler les secours plus tôt. Ils affirment qu'ils n'avaient pas leur GSM, mais Julien avait laissé le sien sur la berge. De même, des habitations se trouvent à proximité, mais ils n'ont pas eu le réflexe de frapper à la première porte.

Hier, les deux jeunes étaient sous tranquillisants. L'enquête, elle, a été confiée à la police locale de la zone Germinalt.

F. D.

Julien noyé dans l'Eau d'Heure

Un pari stupide entre copains a transformé cette baignade frigorifique en tragédie

Il faisait froid ce samedi. Et la pluie battante n'arrangeait rien à cette météo maussade. Cela n'a toutefois pas empêché Julien Stawiarski, Kévin et Orlando, trois adolescents de Marcinelle et Gilly, d'aller piquer une tête dans l'Eau d'Heure, à hauteur du déversoir de Jamioulx.

L'endroit est interdit à la baignade, même si aucun panneau ne l'indique. Il faut dire que la seule vue des remous devrait décourager les plus téméraires. En effet, le courant provoqué par la petite cascade fait de cet endroit une véritable machine à laver. Il suffit d'observer les ballons et autres déchets plonger subitement lorsqu'ils sont frappés par l'eau, pour réapparaître quelques secondes plus tard et revenir inlassablement vers le déversoir.

"C'est sans doute un pari stupide qui est à l'origine du drame”, explique le commissaire Laurent Rapport, de la police locale de Charleroi. "Les trois jeunes étaient venus se baigner, malgré la météo maussade. Ils avaient peut-être bu quelques bières. Julien a apparemment voulu montrer à ses copains qu'il pouvait affronter le froid, contrairement à eux qui désiraient sortir de l'eau. Vêtu de son seul caleçon, il a replongé mais a été emporté par le courant.”

Paniqués, Kévin et Orlando vont mettre plus de deux heures à prévenir les secours. "Vers 19 h 30, ils ont quitté les lieux”, poursuit le commissaire Rapport. "Ils ont vainement attendu que leur ami remonte à la surface avant de repartir à pied jusqu'à Marcinelle (à 8 km, NdlR). Ce n'est donc qu'à 21h48 que nous avons reçu l'appel.”

Immédiatement, les polices de Charleroi et Germinalt se sont rendues sur place, suivies des plongeurs des pompiers de Charleroi et d'une équipe médicalisée. Kévin et Orlando ont été ramenés sur les lieux pour aider les sapeurs à localiser l'endroit exact où Julien a disparu sous les flots. Le courant étant trop puissant, les plongeurs n'ont pu intervenir immédiatement.

C'est donc avec des grappins jetés dans le déversoir que les secouristes ont tout d'abord sondé les fonds, avant qu'un ingénieur des voies navigables n'intervienne pour fermer temporairement le barrage.

À 1 h du matin, les recherches ont été interrompues avec la certitude que le corps de Julien ne se trouvait pas aux abords du déversoir. Vers 10 heures du matin ce dimanche, les pompiers ont repris leur travail, inspectant les berges de l'Eau d'Heure

Finalement , c'est aux abords de la propriété de l'entrepreneur Michel Vandezande que le corps du pauvre garçon a été repêché, soit un kilomètre en aval du déversoir.

F. D.

La Dernière Heure

Faits divers

Un adolescent se noie dans l'Eau d'Heure

Les services de secours ont retrouvé, dimanche, vers 10h30, le corps du jeune garçon disparu samedi en début de soirée, noyé dans l'Eau d'Heure à Jamioulx. L'adolescent, prénommé Julien et âgé de 15 ans, était tombé à l'eau samedi soir alors qu'il était avec d'autres jeunes. Ceux-ci n'avaient signalé sa disparition qu'après plusieurs heures aux services de secours. Ces derniers avaient suspendu leurs recherches vers 1 heure du matin, et les ont reprises dimanche aux premières heures. Le corps a été retrouvé sans vie dans l'Eau d'Heure, dans les bois, sur le territoire de Jamioulx, jusqu'où il avait dérivé.

(Belga)

La Libre Belgique

 

07:54 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

23/03/2009

Perte d'huile rue d'Andrémont

 

Le mercredi 17 mars 2009, la rue d’Andrémont fut réveillée dès 4h du matin. La police, les pompiers et la protection civile avaient envahi la portion de route entre le pont et le tournant rejoignant la rue Bauduin Leprince.

Une pelleteuse de la firme Jerouville de Libramont, responsable des travaux de réfection de la gare, avait connu une sérieuse perte d’huile hydraulique. Des mesures draconiennes furent prises : plus le moindre véhicule ne circulera jusque 8 h sur l’asphalte dangereusement glissant.

 

20090318 002


20090318 004


20090318 005


20090318 006


20090318 007


20090318 009


20090318 010


20090318 012


20090318 014

22:22 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

15/12/2008

Les entrées et sorties


 

 

Voici un aperçu des entrées (et par conséquent des sorties !) qui parsèment Jamioulx.  La liste n’est pas (encore) exhaustive, je pense particulièrement au haut de la rue des Bruyères qui manquera temporairement.   

 

1

 


 

 

2

 


 

 

3

 Juste avant le tournant dans la rue d'Andrémont 


 

3a

 


 

 

3a (1)

 


 

 

3a (2)

 


 

 

3b

 


 

 

3b (2)

 


 

 

3b (1)

 


 

 

3b (3)

 


 

 

3b (4)

 


 

 

3b (5)

 


 

 

3b (6)

 


 

 

3b (7)

 


 

 

3b (8)

 Ci-dessus, toute une série de photos prise dans le prolongement de la rue d'Andrémont

 


 

3b (9)

Rue de Marcinelle à Mont-sur-Marchienne


 

4

 Rue de Jamioulx, limite avec Montigny-le-Tilleul


 

4 (1)

 


 

 

4 (2)

 


 

 

4a

 


 

 

5

Fourche entre la rue du Haut Bruart et de la rue de Marcinelle (entre Nalinnes-Haies et Nalinnes Centre) 


 

6

Rue de Nalinnes, en quittant la Place Communale


 

6 (1)

Toujours rue de Nalinnes


 

6 (2)

 


 

 

6 (3)

Rue du Haut Bruart (qui est le prolongement de la rue de Nalinnes)


 

7

Rue Vandamme (près de la prison)


 

7 (1)

 


 

 

7 (2)

Rue Vandamme (fin de la portion asphaltée), en direction de la prison


  

 

8

Rue Par delà l'Eau


 

9

Le long du chemin de fer, en venant d'Hainaut Carlier

A compléter....

16:32 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/09/2008

Cartes postales anciennes

 

 

Panorama-Jamioulx 003


Panorama-Jamioulx 001

  


 

jamioulx-cp1

 


 

Les Marronniers-Jamioulx

 


 

 

Marronniers-Jamioulx

 


 

Monument

 


 

Moulin Mon Plaisir

 


 

Panorama-Jamioulx

 


 


Château Demoulin

 Château Demoulin (actuellement "La Foliette")


 

Château Demoulin (1)

 


 

Château Demoulin-Jamioulx

 


 

cp-Jamioulx-inconu

 


 

Dessin-Jamioulx

 


 

Eglise et escaliers-Jamioulx

 


 

Explosion munitions-rue de Thuillies-Jamioulx

 


 

Explosion-rue de Gerpinnes 1918-Jamioulx

 


 

Ferme Duvivier

 


 

Gare-Jamioulx

 


 

Inconnu 2-Jamioulx

 


 

jamioulx-cp

11:37 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/08/2008

Foire 2008

 

Foire de Jamioulx, le 12 août 2008 

 

20080812-Foire  Jamioulx (3)

 

20080812-Foire  Jamioulx (9)

 

20080812-Foire  Jamioulx (22)

 

20080812-Foire  Jamioulx (26)
 

 

20080812-Foire  Jamioulx (28)

 

20080812-Foire  Jamioulx (30)
 

 Un lâcher de peluches généreux. Petits et grands furent comblés...

20080812-Foire  Jamioulx (36)

 

20080812-Foire  Jamioulx (46)
 

 

20080812-Foire  Jamioulx (56)

 

20080812-Foire  Jamioulx (61)

 

20080812-Foire  Jamioulx (68)

 

20080812-Foire  Jamioulx (82)

 20080812-Foire  Jamioulx (88)

 

20080812-Foire  Jamioulx (92)

23:35 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/06/2008

rue des Déportés

Copie de 20070312 127



20070312 289

La rue des Déportés est la porte d'entrée principale de Jamioulx. A la limite avec Montigny-le-Tilleul (certains habitants se sentent plus jameloviens que Montagnards), c'est avant tout l'axe que draine la circulation en provenance de Charleroi.

Copie de 20070312 293

 

Copie de 20070415 130

Vue plongeante vers les praires et le bas de la rue de la Foliette (ici invisible) qui mène à la JS Jamioulx.

Copie de 2005-03-06 (140)

La rue des Déportés est également la voie royale qui aboutit sur la Place Communale.

Copie de 2005-05-22 035 (42)

Le célèbre tronçon pavé, court mais ardu pour les cyclistes débutants !

Copie de 2004-03-28 (81)

 


 

Copie de 2004-03-28 (96)

 


 

 Copie de 2004-03-28 (99)

 


 

 Copie de 20070415 072

 


 

 Copie de 20070312 543

 


 

 Copie de 2004-03-28 (100)

 


 

Copie de 20070415 090

 


 

Copie de 2005-03-05 (1)

 


 

Copie de 2005-03-06 (79)

Chaque saison possède son charme

Copie de 20070415 024

 


 

Copie de 20070415 027

 


 

Copie de 20070413 125

 


 

Copie de 2005-03-06 (130)

 


 

Copie de 2005-03-06 (137)

 


 

Copie de 20070312 127

 


 

Copie de 20070312 430

 


 

Copie de 20070413 067

 


 

Copie de 20070413 095

 


 

Copie de 20070415 078

 


Copie de 20070415 081

 


 

Copie de 20070415 086

 


 

Copie de 20070415 091

 


 

Copie de 20070415 098
Inutile de présenter cette institution commerciale de Jamioulx

Copie de 20070415 106

 


 

Copie de 20070415 121

 


 

Copie de 2005-03-06 (95) 


 

Copie de 20070413 146

14:34 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/05/2008

Run & Bike de Beignée dans les rues de Jamioulx


Run & Bike de Beignée dans les rues de Jamioulx

 

Ce 25 mai 2008, l’école St-Louis de Beignée organisait son 13ème Relais sur l’Heure, compétition de run & bike qui n’a pas manqué de passer par notre beau village de Jamioulx. Voici quelques clichés volés auprès des participants en pleine action. Et j’ai reconnu au moins un jamelovien….

Si vous désirez des photos en haute définition, n’hésitez pas à me connecter.

 

20080525 007

Le Relais sur l'Heure c'est dimanche !

Les participants auront le choix entre un 11 ou un 14 km pour cette 13 e édition du run- bike de Beignée. Il y en aura pour tout le monde.

Composée d'un vététiste et d'un joggeur pouvant se relayer, le run-bike est une discipline en vogue. Les organisations se succèdent d'ailleurs dans la région. Ce dimanche à 10h30 aura lieu l'une des plus prestigieuses d'entre elles : le Relais sur l'Heure. La 13e édition proposera de sillonner à nouveau le très pittoresque cours inférieur de l'Eau d'Heure depuis Nalinnes-Haies jusqu'à Beignée, sur une distance de 14 km. La randonnée, de toute beauté, séduira les amateurs de belles balades en forêt, qu'ils soient ou non désireux de réaliser une performance.

Le rendez-vous est fixé entre 9h et 9h30 dans la cour de l'école Saint-Louis de Beignée où seront attribués les dossards. Les participants se rendront ensuite en face de la piscine de la rue Monnon à Nalinnes-Haies.

Avec ou sans difficultés Parallèlement au parcours de 14 km sera organisé aussi un " Petit relais " de 11,5 km. Ce parcours allégé a surtout comme caractéristique d'être amputé des trois principales difficultés de l'épreuve, dont la côte du Fayat et sa descente. Les plus jeunes enfants et les sportifs occasionnels opteront sans doute plus volontiers pour cet itinéraire bis. Le départ de ce " Petit relais " aura lieu à 10h40.

Diverses animations musicales égaieront cette 13e édition. De nombreux prix distingueront les meilleures équipes de chaque catégorie. Un cadeau spécial encouragera la présence des jeunes. L'appartenance d'une équipe à la catégorie " Espoir " est automatique et exclusive dès lors qu'un des deux équipiers n'a pas 16 ans. Une tombola ponctuera la remise des prix.

Enfin, signalons que le record de l'épreuve est détenu par le couple Benjamin Barbier - Patrick Carpentier en 47'48. G.B.

Infos : 071/218441 ou 071/213751 ou via le site Internet www.ecolesaintlouis.be

Vers l'Avenir, 21 mai 2008

20080525 009

 

20080525 010

 

20080525 012

20080525 017

 

20080525 020

 

 

20080525 021

20080525 024

 

20080525 029

Certains sortent du bois vert de…rage…de vaincre !

20080525 030

 

20080525 033
Le bar mobile, toujours à un  emplacement stratégique que tout le monde découvre sans devoir chercher. Sens inné de l’orientation des participants ou intelligence logistique de l’organisation ?

20080525 035

Couleur trompeuse : maillot fluo ne signifie pas maillot jaune....

20080525 044

 

20080525 048

20080525 051

Comme dans les courses automobiles, les meilleures places se situent dans les tournants spectacles et accidents assurés !

20080525 054

 

20080525 055

 

20080525 057

 

20080525 060

 

20080525 061

 

20080525 065

 

20080525 070

 

20080525 075

 

20080525 080

 

20080525 081

 

20080525 089

 

20080525 091

Qui a volé, a volé, a volé, a volé l’ »Orange du Marchand » ? Avec une bouche tellement pulpeuse, je tiens un suspect !

20080525 094

 

20080525 098

 

20080525 100

 

20080525 101

20080525 107

Bizarre ce bus fantôme. Il me semblait que la TEC était en grève?

 

 

20080525 104

20080525 110

Tiens, tiens, un supporter du Sporting ?

20080525 112

 

20080525 114

Comme quoi , le sport n'est pas qu'une affaire de brutes !

20080525 117

 

20080525 124

 

20080525 129

 

20080525 131

 

20080525 133

 

20080525 085 

 

 

Vous trouverez tous les résultats sur : http://www.ecolesaintlouis.be/index.php?option=com_conten...

12:40 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

08/02/2008

Le "Fournil" rouvre ses portes

Le « Fournil » rouvre ses portes après le meurtre

Sur les traces de Pascal

 

Les clients sont nombreux ce mercredi matin à se presser au comptoir du Fournil, à Jamioulx. La routine a repris ses droits dans cette boulangerie, théâtre d'une tragédie le 5 novembre dernier. Cette nuit-là, quatre jeunes sont entrés dans la partie privative pour y commettre un vol. Vol qui s'est soldé par la mort de Pascal Hennuy, abattu d'une balle en pleine poitrine.

Mis sous scellés pour les besoins de l'enquête, le Fournil restait désespérément clos. Mais dans l'ombre de son chagrin, Dominique Hennuy entretenait le contact avec sa clientèle. Une photo de Pascal, un petit mot de remerciement et puis les premiers pains qui font leur apparition dans les distributeurs installés devant la boulangerie. « Jamais je n'ai envisagé de remettre la boulangerie, déclare Dominique Hennuy. C'est ce que Pascal aurait voulu. Son métier, c'était sa passion. Et c'est devenu la mienne. Il n'aurait pas apprécié que je reste inactive. »

Petit bout de femme contrastant avec son grand gaillard de mari, Dominique Hennuy a pris le taureau par les cornes, surmontant la tristesse et le vide. Déjà, les clients affluent, dont le boulanger à la retraite chez qui Pascal Hennuy a fait ses débuts dans le métier. Tous ont un petit mot d'encouragement pour Dominique.

FRÉDÉRIC DUBOIS                                                                                           Le Soir,  7 février 2008

 

"Le pain, c'est ma vie”

 

Trois mois après le meurtre de Pascal Hennuy, la boulangerie deJamiuolx rouvre ses portes

 "Jamais je n'ai pensé remettre la boulangerie. Pascal n'aurait pas voulu ça. Son métier, c'était sa passion.” Trois mois après le meurtre de son mari boulanger, Dominique Hennuy a trouvé le courage de rouvrir le Fournil.

Hier matin, l'odeur du bon pain embaumait à nouveau la place communale de Jamioulx. Comme au temps où Pascal Hennuy chantait gaiement dans son atelier, sa pelle à la main. Mais, le 5 novembre, quatre jeunes malfrats sont entrés chez lui pour y commettre un vol. Ils ont abattu Zeus, son beauceron, avant de le tuer d'une balle dans la poitrine, parce qu'il tentait de résister.

Les enquêteurs n'ont pas mis longtemps à pincer Laurent Cherpion, 23 ans, Abdelah Mostefa, 18 ans, et trois autres mineurs déjà rodés à la grande criminalité.

Dotée d'une force morale incroyable, Dominique Hennuy a pu surmonter la douleur et l'absence pour rallumer les fourneaux. Les Jameloviens avaient gardé l'espoir : un petit mot de remerciements sur la porte, les distributeurs de pains qui se remplissent et puis, enfin, l'annonce de la réouverture. "J'ai tout repris à ma charge et engagé Jean-Marc Arrigoni comme ouvrier”, explique Dominique. "Il fallait quelqu'un de très expérimenté pour égaler Pascal. Quant à moi, je ne pouvais être au four et au moulin. Nous avons effectué un stage à Reims pour apprendre les subtilités des spécialités françaises comme la baguette cuite sur pierre, le pain au levain ou le pavé briard.”

Les clients ont accueilli la nouvelle avec joie. "J'ai reçu beaucoup d'encouragements”, poursuit ce petit bout de femme au courage extraordinaire. "Une dame est entrée les larmes aux yeux. Ils voulaient tous retrouver notre pain. Pascal serait fier. Je sais qu'il veille sur moi de là-haut. Et puis, la boulangerie, c'est ma vie.”

Derrière les fourneaux, c'est aujourd'hui Jean-Marc Arrigoni qui s'active. Le boulanger n'est pas un novice. Avec 34 ans d'expérience, il a roulé sa bosse partout, y compris en Italie. Passionné par son métier, comme l'était Pascal Hennuy, il n'a qu'une maxime à la bouche : "Le pain, c'est la vie”. Et elle est revenue, au Fournil de Jamioulx.

Frédéric Dubois                                                                                            La Dernière Heure, 7 février 2008 

Après le meurtre, le Fournil revit

L'épouse de Pascal Hennuy, tué il y a trois mois par des voleurs, a trouvé le courage de rouvrir la boulangerie de son défunt mari.

Il en aura fallu du courage à Dominique Hennuy pour rouvrir la boulangerie de son mari Pascal, assassiné par de jeunes voleurs le 5 novembre 2007. Et pourtant, trois mois après le drame, le " Fournil " a rouvert ses portes et la place communale de Jamioulx sent à nouveau le bon pain frais. " Jamais je n'ai pensé remettre la boulangerie. Pascal n'aurait pas voulu ça. Son métier, c'était sa passion ", déclare Dominique Hennuy alors que les clients se bousculent déjà devant son comptoir. La vie renaît dans la boulangerie, comme si le drame d'il y a trois mois n'était plus qu'un très mauvais souvenir.

Cette nuit-là, quatre jeunes sont entrés dans la partie privative pour y commettre un vol. Rancardés par un jobiste, l'équipée nocturne savait que Pascal Hennuy, l'artisan du pain, détenait une somme d'environ 6000 euros pour s'acheter un divan. Habitués à faire usage de leurs armes, les auteurs n'ont pas hésité à abattre Zeus, le beauceron qui gardait le commerce. Réveillés par le vacarme, Pascal Hennuy et son épouse Dominique sont descendus. Le boulanger a semble-t-il tenté de se défendre et la riposte ne s'est pas fait attendre : l'un des jeunes truands a ouvert le feu, le tuant d'une balle en pleine poitrine.

Les enquêteurs de la police fédérale n'ont mis que peu de temps à arrêter cette bande. Abdelah Mostefa (18 ans) et Laurent Cherpion (23 ans) croupissent pour l'instant en prison. Leurs trois complices mineurs sont quant à eux en attente d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse pour les juridictions d'assises.

Placée sous scellés, la boulangerie est restée fermée de longues semaines, au grand dam des habitués. Parfois, Dominique Hennuy apposait un petit mot de remerciement sur sa devanture. Puis, récemment, les distributeurs de pains se sont à nouveau remplis. C'était le signe que la boulangère avait repris le dessus sur la tristesse. L'espoir de voir le " Fournil " rouvrir n'était plus une utopie.

Et ce mercredi matin, les Jameloviens étaient pressés de retrouver les saveurs du pain du " Fournil ". Tous avaient un petit mot d'encouragement pour Dominique Hennuy. " Une dame est même entrée les larmes aux yeux ", raconte ce petit bout de femme qui contraste avec le gabarit de son défunt mari. " Ils voulaient tous retrouver notre pain. Pascal serait fier de moi. Je sais qu'il veille sur moi de là-haut. Et puis, la boulangerie, c'est ma vie ".

Outre le caractère sentimental, le défi était de taille. Pascal Hennuy était un artisan du pain. Il fallait donc retrouver quelqu'un d'aussi expérimenté et passionné. C'est finalement Jean-Marc Arrigoni que Dominique a choisi. Le boulanger n'est pas un novice : avec 34 ans d'expérience, il a roulé sa bosse partout, y compris en Italie. Passionné par son métier, comme l'était Pascal Hennuy, il n'a qu'une maxime à la bouche : " le pain, c'est la vie ". " Quant à moi, je ne pouvais pas être au four et au moulin ", ajoute la boulangère. " Nous avons effectué un stage à Reims pour apprendre les subtilités des spécialités françaises comme la baguette cuite sur pierre, le pain au levain ou le pavé briard ".

La vie a bel et bien repris ses droits au " Fournil ".

Frédéric Dubois, Vers l'Avenir, 7 février 2008 

 

 

09:07 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/12/2007

Meurtre au "Fournil"

NB : la mise en page est parfois chaotique. Le problème est incompréhensible et incorrigible.  

Notre paisible village est en émoi. Ce lundi 5 novembre 2007, je prends le train de 8h03 à Jamioulx. Un cordon policier déployé à l'entrée de la rue Vandamme est visible de la gare. Malgré un tel déploiement, j’étais loin d’imaginer qu’une nuit tragique s’était déroulée et allait  faire la une de la presse écrite, radiophonique et télévisée et ce, à l’échelon national. C’est vers midi qu’un collègue bruxellois m’apprendra la nouvelle…

Un boulanger abattu par deux braqueurs à Jamioulx

DIVERS lun 5 nov RTL Info

Pascal Rennuy, le boulanger tenant la boulangerie "Le fournil", place communale à Jamioulx (entité de Ham-sur-Heure/Nalinnes), a été abattu ce lundi aux premières heures, apparemment par deux braqueurs.

Il semble que le boulanger se soit trouvé face aux deux braqueurs armés, qui ont fait feu sur lui après lui avoir demandé le contenu de sa caisse. Ils seraient repartis sans le butin, rendant ce crime encore plus inutile qu'il ne l'est.

La boulangerie avait été fermée pour congés, après d'autres agressions déjà subies ces dernières semaines. Le parquet de Charleroi est actuellement sur place et un périmètre de sécurité y a été installé par les policiers de la zone Germinalt.

 

 

 

Avis de recherche pour le meurtre de Jamioulx

Mr Hennuy a été forcé par un auteur à se coucher sur le sol et a ensuite été mortellement blessé par un coup de feu.
Dorian Cherpion.
Abdelah Mostefa.

Le parquet de Charleroi a lancé jeudi un appel à témoins à propos de deux majeurs recherchés dans le cadre du meurtre, aux premières heures de lundi, d'un boulanger de Jamioulx.

Les deux suspects recherchés sont Dorian Cherpion, 23 ans, et Abdelah Mostefa, 18 ans. Lundi vers 02h00 du matin, un boulanger de Jamioulx, Pascal Hennuy, 34 ans, installé sur la place communale de Jamioulx, avait été réveillé par le bruit de l'intrusion dans son atelier d'individus venus le cambrioler. Il était descendu des pièces de son habitation à l'étage, avant de se trouver face à face avec plusieurs agresseurs. L'un de ceux-ci avait alors tiré dans sa direction, le blessant mortellement d'un coup de feu en plein coeur. Il semble que les agresseurs n'avaient rien emporté. Ils avaient également abattu le chien du boulanger.

On avait appris mercredi qu'un des auteurs supposés, un mineur d'âge, avait été interpellé, et était passé aux aveux quant à sa participation, sans qu'on puisse encore définir précisément son rôle dans cette agression en bande. Le parquet de Charleroi avait également signalé que quatre autres complices étaient recherchés, parmi lesquels deux mineurs d'âge. On sait désormais que les deux majeurs sont Dorian Cherpion, 23 ans, déjà connu pour des faits de vol qualifié, et Abdelah Mostefa, 18 ans, sans casier judiciaire, pour lesquels un appel à témoins a donc été lancé jeudi. (belga)

SUDP_CHAR_20071106_001_001[1]

20071106-NG-Fournil (1)
20071106-NG-Fournil


 

20071106-NG-Fournil (2)
20071106-NG-Fournil (3)

20071106-NG-Fournil (4)

20071106-NG-Fournil (6)

20071106-NG-Fournil (7)

 

La Libre Belgique :

 

Etre boulanger, cela deviendra-t-il une profession à risques ?

Après qu'on eut relevé d'autres attaques, un boulanger a été abattu.

Selon de premiers éléments d'enquête, ce serait à deux braqueurs violents que Pascal Rennuy, honnête boulanger de son état et âgé de 34 ans, devrait d'avoir perdu la vie. Cela s'est déroulé aux premières heures de la journée de lundi, alors que M. Rennuy se trouvait dans sa boulangerie "Le fournil”, sise sur la place de Jamioulx.

L'infortuné commerçant se serait donc retrouvé face à deux agresseurs qui auraient exigé le contenu de la caisse. Comment les choses se sont-elles ensuite déroulées, ce n'était pas certain, lundi. Toujours est-il qu'un des deux hommes a déchargé son arme vers M. Rennuy, le blessant mortellement. La boulangerie avait pourtant été fermée pour de brefs congés, après qu'elle eut déjà été le théâtre d'autres agressions, ces dernières semaines. Le parquet et le juge d'instruction de Charleroi se sont très vite rendus sur place, délimitant avec la police un périmètre de sécurité.

Pas une première

Le pis, c'est qu'il n'est même pas possible d'écrire que l'affaire serait extraordinaire. Dans la nuit du 20 au 21 juin dernier, voilà donc à peine plus de 4 mois, M. Debacker, boulanger à Boncelles, une tranquille bourgade de la périphérie liégeoise, avait été abattu de plusieurs coups de feu, tirés alors qu'il était dans la cour de sa boulangerie. Une tentative de vol ayant mal tourné ? On ne connaissait en tout cas aucun ennemi à cet homme de 40 ans, aimé du voisinage. Et faut-il rappeler que, dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, un autre boulanger encore, de Marbais, avait dû faire lui-même feu sur trois braqueurs qui le menaçaient ? Deux avaient été légèrement blessés, un troisième étant toujours en fuite. Les premiers, deux Albanais, ont avoué que leur intention était de commettre un cambriolage. Vu les circonstances générales, il ne serait pas surprenant que le boulanger tireur bénéficie tôt ou tard de la notion de légitime défense.

R.P

 

Le Soir :

.Meurtre pour faciliter un vol ?

Un boulanger assassiné


Pourquoi Pascal Hennuy a-t-il été tué d'une balle en plein coeur dans la nuit de dimanche à lundi ? Pour de l'argent ?

Pascal Hennuy avait 35 ans. Depuis 13 ans environ, il tenait la boulangerie « Le Fournil » sur la place de Jamioulx (Ham-sur-Heure/Nalinnes). Un commerce où il fut apprenti avant d'en reprendre les rênes avec son épouse Dominique. Le couple, qui logeait dans cette ancienne fermette en pierres du pays, n'avait pas d'enfants. Dans le village, on appréciait Pascal Hennuy pour son caractère jovial, aimable avec le client. C'est dire si l'annonce de son assassinat, hier, a secoué la population.

Vers
2 heures du matin, lundi, deux hommes armés et encagoulés se sont introduits par effraction dans la boulangerie, en passant par l'atelier. Zeus, l'imposant beauceron de Pascal Hennuy, n'a pas eu le temps de montrer les crocs : les visiteurs nocturnes l'ont abattu de plusieurs coups de feu. Sans pitié.


Réveillé par le vacarme, le boulanger s'est rendu au rez-de-chaussée, s'armant d'un couteau de cuisine. « Il y a quelques mois, il aurait été au turbin à cette heure-là, raconte un riverain, client du « Fournil ». Mais Pascal avait réalisé des investissements, s'achetant notamment des machines spécialisées pour la cuisson du pain. Cela lui permettait de gagner quelques heures de sommeil, comme il se plaisait à en parler en concluant par un clin d'½il malicieux. »

Confronté aux malfrats dans son salon, l'artisan-boulanger aurait lancé son couteau dans leur direction. L'un d'eux a riposté immédiatement, tirant un coup de feu. La balle a atteint Pascal Hennuy en plein coeur, le tuant quasi sur le coup. Les auteurs ont aussitôt pris la fuite, sans emporter de butin. Une voiture aurait été aperçue par des riverains, mais celle-ci a disparu dans la nature.


« Crime crapuleux, gratuit »

La police locale de la zone Germinalt s'est rendue sur les lieux et a aussitôt instauré un périmètre de sécurité. L'affaire a été mise à l'instruction entre les mains de la juge Brigitte Francotte et confiée à la section homicides de la police judiciaire fédérale de Charleroi. Des prélèvements ont été effectués et les scellés apposés sur la boulangerie.

Pour
l'heure, le mobile de ce meurtre reste inconnu. « Le plus plausible reste celui du crime pour faciliter le vol, même s'il n'y a pas de butin, explique le procureur du roi de Charleroi, Christian De Valkeneer. L'hypothèse d'une vengeance après un conflit avec un apprenti semble quant à elle disproportionnée. Mais toutes les pistes sont examinées. »


Dimanche, vers midi, deux hommes ont tenté de braquer le restaurant « Chez Dewilde », non loin de là, à Nalinnes. Le patron ayant cru à une blague, les auteurs ont pris la fuite bredouilles. Y a-t-il un lien avec le meurtre de Pascal Hennuy ?

Chez « Tonton Charles », la taverne du village, on ne parlait évidemment que de ça, ce lundi. « C'est un crime crapuleux, gratuit, affirment les Jameloviens qui ont du mal à croire que le vol pouvait être le seul mobile des tueurs. Y a-t-il tellement d'argent à prendre dans une boulangerie, à deux heures du matin ? »

Ce n'est pas la première fois qu'un boulanger de la région de Charleroi succombe après un braquage. En mars, Renato Qualizza avait été abattu par deux braqueurs dans son commerce de Marchienne-au-Pont. L'un des auteurs a pu être identifié, l'autre court toujours. Jeudi, à Villers-la-Ville, un boulanger a quant à lui eu le dernier mot avec trois braqueurs. Muni d'une arme à feu, il en a blessé deux, les tenant en respect jusqu'à l'arrivée de la police.

FRÉDÉRIC DUBOIS


  La Dernière Heure : Un boulanger assassiné

Pascal Hennuy, 35 ans, a surpris les intrus qui venaient d'abattre son chien Zeus

Pascal Hennuy et son épouse Dominique avaient toute la vie devant eux. Mais deux malfrats à la recherche de quelques euros sont venus briser leurs rêves.

Pascal avait 35 ans. C'était le boulanger de la place communale de Jamioulx, dans l'entité d'Ham-sur-Heure/Nalinnes. Il y a environ 13 ans, le commerçant avait repris le Fournil, où il travaillait comme apprenti dans ses jeunes années. "C'était un homme aimable, souriant et sympathique avec les clients”, raconte un riverain. "Il aimait aussi la bonne chère et n'hésitait pas à prendre congé pour profiter de la vie ou prendre du recul”.

Samedi dernier, justement, Pascal Hennuy avait repris le travail après une pause de plusieurs jours.” Il ne devait donc pas y avoir beaucoup d'argent à voler”, poursuit le Jamelovien. Et pourtant, cela n'a pas empêché deux individus encagoulés de fracturer la porte de l'atelier du Fournil, vers 2 h du matin. Zeus, l'imposant beauceron des Hennuy, n'a pas eu le temps de défendre ses maîtres : il est tombé sous les balles des deux impitoyables intrus.

Réveillé par les détonations, Pascal Hennuy a saisi un couteau de cuisine et est allé à la rencontre des malfrats qui se trouvaient déjà dans son salon. Il semble que le boulanger ait lancé son arme dans leur direction. La riposte n'a pas tardé à venir : l'un des truands a tiré un coup de feu, lui transperçant le coeur.

Sans même prendre la peine d'emporter un butin, les tueurs ont pris la fuite. Dominique, l'épouse de la victime, a trouvé son mari agonisant. En état de choc, elle a pu avertir les secours. Mais il était trop tard…

L'affaire a été confiée à la police judiciaire fédérale de Charleroi. Pour l'heure, le mobile reste inconnu. "Le plus plausible reste celui du crime pour faciliter le vol, même s'il n'y a pas de butin”, explique le Procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer. "L'hypothèse d'une vengeance après un conflit avec un apprenti semble quant à elle disproportionnée. Mais toutes les pistes sont examinées”.

Samedi dernier, à Villers-la-Ville, c'est le boulanger qui avait eu le dernier mot, blessant deux des braqueurs. Pascal Hennuy n'a pas eu cette chance.

Frédéric Dubois
 

Vers l’Avenir : 

Boulanger abattu par des intrus

Une balle en plein coeur... Pascal Hennuy, 35 ans, boulanger, s'est pris une balle en plein coeur. Il avait surpris des intrus venant de tuer son chien.


Depuis hier matin, le petit village de Jamioulx, dans l'entité d'Ham-sur-Heure/Nalinnes, est sous le choc. Dans la nuit de dimanche à lundi, le boulanger de la place communale, Pascal Hennuy, a été froidement abattu par deux cambrioleurs.
C'est vers 2 heures que les auteurs se sont introduits par effraction dans l'atelier du " Fournil ". Zeus, l'imposant beauceron des propriétaires, n'a pas eu le temps de montrer les crocs : les auteurs l'ont aussitôt abattu de plusieurs balles. Dormant dans la partie privative, Pascal Hennuy (35 ans) et son épouse Dominique ont été réveillés par le vacarme. Un couteau de cuisine à la main, le boulanger s'est précipité dans le salon où il s'est retrouvé face aux malfrats. Il semblerait que M. Hennuy ait lancé son arme dans leur direction. Mais l'un d'eux a riposté d'un coup de feu, atteignant l'occupant des lieux en plein coeur. Pascal Hennuy n'avait aucune chance de survivre...

Les tueurs ont pris la fuite sans même emporter de butin. Une voiture aurait été aperçue par des riverains, sans pouvoir être identifiée. Avertie des faits, la police locale de la zone Germinalt est descendue sur place et a établi un périmètre de sécurité. L'épouse du boulanger, en état de choc après avoir découvert le corps de son mari, a été recueillie par une voisine.

" C'est un crime crapuleux et gratuit ", clamaient hier les Jameloviens, abasourdis par l'assassinat de leur boulanger. " Pascal était établi depuis plus de 13 ans et tenait la boutique avec son épouse Dominique. Ils n'avaient pas d'enfant et se consacraient à leur travail. C'était un homme jovial, aimable avec sa clientèle. Samedi, il avait repris le boulot après quelques congés. Il ne devait pas avoir grand-chose dans sa caisse. Quand bien même, quel boulanger détiendrait le pactole en plein milieu de la nuit ? "

Malgré tout, les enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Charleroi penchent pour un meurtre pour faciliter le vol. " D'autres pistes sont suivies, explique le Procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer. Mais l'hypothèse d'une vengeance après un différend avec un apprenti semble disproportionnée. "

Dimanche midi, le restaurant " Chez Dewilde " à Nalinnes a fait l'objet d'une tentative de braquage par deux individus. Le patron a toutefois pensé à une blague, ce qui a mis les auteurs en fuite. Faut-il y voir un lien avec le meurtre de Pascal Hennuy ? L'enquête est en cours.

En attendant, à Jamioulx, les commerçants vivent dans la crainte.

Frédéric DUBOIS

La Nouvelle Gazette (7 novembre) :

Copie de 20071109


Une douzaine de bouquets de fleurs

20071107-Fournil

 

Dans la presse du 8 novembre :

Le Soir :

Cinq jeunes suspectés du meurtre

Les enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Charleroi n'auront pas mis longtemps pour élucider le meurtre de Pascal Hennuy, ce boulanger de 35 ans abattu chez lui, à Jamioulx, dans la nuit de dimanche à lundi. Ce mardi, un mineur de 17 ans a été intercepté mais son interpellation a été maintenue sous embargo par la presse pour le bon déroulement de l'enquête. Il est en effet passé aux aveux rapidement et n'a pas tardé à dénoncer quatre complices, parmi lesquels figurent deux autres mineurs.

Ces quatre suspects sont toujours activement recherchés par les forces de l'ordre qui ont mené des perquisitions dans leurs familles ces deux derniers jours. Quant au jeune individu intercepté, il a déjà comparu devant le juge de la Jeunesse qui a ordonné son placement en centre fermé en attendant un probable dessaisissement pour les juridictions pénales. On imagine mal que le dossier ne soit pas jugé en cour d'assises.

D'après les informations recueillies par les enquêteurs, le jeune homme expliquerait le meurtre de Pascal Hennuy comme la terrible conséquence d'un cambriolage manqué. Au moins deux membres de cette bande auraient forcé la porte de l'atelier de la boulangerie « Le Fournil », installée sur la place Communale de Jamioulx, avant d'accéder à la partie privative. Zeus, le beauceron de Pascal Hennuy, se serait alors jeté sur les intrus qui l'ont abattu de deux balles.

Réveillé par les détonations, le boulanger serait alors descendu, s'armant un couteau. Tombé nez à nez avec les cambrioleurs en bas de son escalier, il aurait alors lancé sa lame. L'un des jeunes aurait alors riposté, lui tirant une balle dans le c½ur à bout portant. Réflexe de panique d'un gamin commettant un larcin ? Difficile à dire à ce stade.

Depuis lundi, le village de Jamioulx vit au rythme de l'enquête. Les commerçants, eux, se posent des questions sur leur propre sécurité. Devant la boulangerie, les bouquets de fleurs, les nounours, les dessins d'enfants s'amoncellent. Pascal Hennuy était unanimement apprécié. « Il a toujours voulu faire boulanger », nous raconte son papa. « Petit déjà, il m'aidait à faire le pain le week-end. Plus tard, il a travaillé pour quelques francs dans différentes boulangeries. » Pugnace, travailleur, Pascal Hennuy a finalement repris le « Fournil » il y a plus de 13 ans. « Il est parti de rien et s'est construit sa vie petit à petit », poursuit un ami d'enfance, boulanger lui aussi. « Récemment, il avait réalisé de coûteux investissements pour sa boulangerie. Il était arrivé là où il le désirait. Son petit plaisir, c'était les belles voitures et les bonnes tables. Pascal était un bon vivant. »

Pascal Hennuy sera inhumé vendredi au cimetière de Jamioulx. Des boulangers de la région ont d'ores et déjà décidé de lui rendre hommage en élevant leurs planches à pain en haie d'honneur devant l'église Saint-André. Tous se sentent en effet concernés par le drame qui a emporté leur collègue et ami.

FRÉDÉRIC DUBOIS

La Dernière Heure :

Un des meurtriers arrêté

Cinq jeunes, dont trois mineurs, sont suspectés du cambriolage manqué de la boulangerie de Jamioulx

JAMIOULX Cinq gamins pour un cambriolage mortel. Telle est donc l'explication du crime de Pascal Hennuy, ce chaleureux boulanger de Jamioulx tué chez lui dans la nuit de dimanche à lundi.

Ce mardi, un jeune garçon de 17 ans a été intercepté par la police judiciaire fédérale de Charleroi. Le suspect est passé aux aveux, dénonçant bien vite quatre complices du même âge. Parmi eux, figurent encore deux mineurs… Aux dernières nouvelles, les quatre membres manquants de cette bande étaient encore recherchés. Des perquisitions ont été menées dans leur famille, mais les suspects se terrent dans un endroit inconnu et ne sauraient tarder à être pincés. Le cinquième, qui avoue une participation passive aux faits, a quant à lui été déféré devant le juge de la jeunesse qui a ordonné son placement en institution fermée. Avant un probable dessaisissement pour les juridictions pénales, et sans doute la cour d'assises.

De ce que l'on sait, les cinq jeunes cherchaient apparemment à cambrioler la boulangerie. Le butin qu'ils auraient pu trouver ne pouvait pas être mirifique : Pascal Hennuy avait repris le travail deux jours plus tôt après une semaine de congés conseillée par son médecin suite à un vol dans sa boulangerie. Cherchaient-ils les clés de sa BMW série Z, un petit bolide qu'il s'était offert après des années de dur labeur ?

Toujours est-il qu'au moins deux d'entre eux sont entrés dans l'atelier du Fournil, puis dans la partie privative. Lorsque Zeus, le beauceron de la maison, s'est jeté sur eux, ils n'ont pas hésité à l'abattre de deux balles. Et il n'aura fallu qu'un seul projectile, tiré à bout portant en plein c½ur, pour tuer Pascal Hennuy. Réveillé, ce dernier s'était armé d'un couteau qu'il a probablement lancé en direction des intrus. Mais contre une arme à feu, il n'avait aucune chance.

Se sentant tous concernés par la mort de leur confrère, les boulangers élèveront leurs pelles à pain en haie d'honneur, ce vendredi, lors des funérailles de Pascal Hennuy qui auront lieu en l'église Saint-André de Jamioulx, à 11 heures.

Frédéric Dubois

La Libre Belgique :

Un suspect, mineur d'âge, interpellé

Tout indique qu'il s'agit d'une tentative de braquage de la boulangerie qui a mal tourné.

Les 4 autres suspects sont encore recherchés.

Un mineur d'âge a été interpellé dans le cadre de l'enquête sur le meurtre lundi d'un boulanger à . Ses quatre complices, parmi lesquels figureraient également deux autres mineurs d'âge, ont été identifiés mais sont toujours en fuite, a indiqué mercredi le parquet de Charleroi. Tout indique qu'il s'agit d'une tentative de braquage qui a mal tourné. Lundi vers 2h, Pascal Hennuy, 34 ans, a été réveillé par du bruit alors que des cambrioleurs s'introduisaient dans l'atelier de sa boulangerie, située place communale à  Jamioulx. Il se trouvait alors à l'étage, dans les pièces d'habitation. Arrivé au rez-de-chaussée, il s'est trouvé en présence d'agresseurs dont l'un a tiré dans sa direction, le blessant mortellement en le touchant en plein c½ur. Son chien avait été abattu par les cambrioleurs quelques instants plus tôt. Selon les premières indications, il n'y aurait pas eu de butin. L'enquête, menée par la police judiciaire fédérale, a abouti à l'interpellation d'un mineur d'âge et à l'identification de quatre autres auteurs, dont deux seraient également des mineurs d'âge, a-t-on appris mercredi auprès du parquet de Charleroi. Les 4 suspects étaient encore activement recherchés mercredi après-midi. Le mineur d'âge déjà interpellé serait passé aux aveux. Jamioulx

 Belga

Vers l'Avenir:

Un mineur arrêté, quatre jeunes recherchés

L' enquête sur le crime de Pascal Hennuy, le boulanger de Jamioulx assassiné chez lui, dans la nuit de dimanche à lundi, a avancé à pas de géant ces derniers jours. Mardi, les enquêteurs de la police judiciaire fédérale ont mis la main sur un jeune de 17 ans qui a rapidement avoué sa participation passive au cambriolage manqué perpétré dans la boulangerie " Le Fournil ", installée sur la place communale de Jamioulx. Le jeune truand a également dénoncé quatre complices, originaires de la région et dont deux sont encore mineurs. Pour le bien de l'enquête, l'information a été maintenue sous embargo par la presse. Des perquisitions ont en effet été menées au domicile de ces quatre jeunes qui, aux dernières nouvelles, étaient toujours en fuite. Le seul membre de cette bande intercepté a quant à lui été confié au juge de la Jeunesse qui a ordonné son placement en centre fermé. Le cas des mineurs fera certainement l'objet d'un dessaisissement pour les juridictions pénales, et en particulier la cour d'assises.

De ce que les enquêteurs ont pu apprendre, il s'agit bien d'un cambriolage d'amateurs qui a tourné au bain de sang. Deux des intrus, au moins, avaient en effet forcé la porte de l'atelier, puis celle de la partie privative pour entrer dans l'habitation. Pour les quelques euros qu'avait pu gagner le boulanger, revenu depuis deux jours d'un long congé ? Pour les clés de sa BMW série Z, fruit de son travail ? Difficile à dire à l'heure actuelle. Toujours est-il que lorsque Zeus, le beauceron de la maison, s'est jeté sur les intrus, ces derniers n'ont pas hésité à l'abattre. Et quand Pascal Hennuy s'est retrouvé face à eux, leur lançant un couteau pour les faire fuir, l'auteur armé lui a tiré une balle en plein coeur, à bout portant...

Tristesse et crainte Dans le village, la tristesse est de mise. La crainte aussi, surtout parmi les petits commerçants qui se posent des questions sur leur propre sécurité. Devant le " Fournil ", les bouquets de fleurs forment un tapis coloré. Un livreur s'arrête. Il s'écroule de soulagement sur sa camionnette lorsqu'on lui apprend que les auteurs de ce crime sont identifiés. " Je connaissais Pascal depuis des années ", raconte-t-il, les yeux rougis. " Il ne méritait pas ça. C'était un bosseur ".

Au funérarium Fontaine, où repose Pascal Hennuy, les amis et les proches défilent. Son épouse, son frère, son père viennent se recueillir. " On l'a abattu comme un chien ", lance ce dernier avant de se souvenir du petit Pascal. " Il a toujours voulu être boulanger. Enfant déjà, il adorait faire le pain avec moi le week-end ". Des amis, boulangers eux aussi, se rappellent d'un bon vivant, aimant les bonnes tables et le bon vin. Vendredi, lors de ses funérailles qui auront lieu à l'église Saint-André de à 11 heures, les collègues de Pascal feront une haie d'honneur avec leurs pelles à pain. Finalement, ce drame les concerne tous. Jamioulx

F.D.

Dans la presse du 9 novembre 2007 : 

 Vers l’Avenir :

  Les tueurs du boulanger en cavale  La police judiciaire fédérale est toujours à la recherche de quatre des cinq jeunes suspectés du meurtre perpétré dans la nuit de dimanche à lundi sur Pascal Hennuy, un boulanger de Jamioulx. Les quatre fugitifs, tous originaires d'une cité de Roux et parmi lesquels figurent deux mineurs, ont été identifiés suite à l'interpellation et aux aveux d'un de leur complice de 17 ans, placé depuis lors en centre fermé. Ces derniers étant toujours dans la nature, les forces de l'ordre ont demandé la publication d'un avis de recherche concernant les deux majeurs, Dorian Cherpion (23 ans) et Abdelah Mostefa (18). Le premier a déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Charleroi pour vol avec effraction. Le second était jusqu'alors inconnu de la Justice. Ces jeunes, qui pourraient avoir été mêlés à d'autres faits de violence, sont hautement suspectés d'avoir commis le cambriolage manqué de la boulangerie " Le Fournil ". Au moins deux d'entre eux s'étaient introduits cagoulés dans l'atelier, puis dans la partie privative. Ils avaient abattu le beauceron des propriétaires avant de tomber nez à nez avec Pascal Hennuy. Armé d'un couteau, ce dernier aurait lancé son arme en direction des malfrats. L'un d'eux a riposté d'un coup de feu, tuant le boulanger d'une balle dans le thorax. Toute personne ayant plus de renseignements sur Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, ou sur le lieu où ils résident est priée de s'adresser à la police fédérale au 0800 91 119.

Frédéric Dubois 

La Nouvelle Gazette :

Jamioulx Meurtre du boulanger Il a été agressé par des mineurs 

Un mineur interpellé est passé aux aveux. Ils étaient cinq agresseurs, dont trois mineurs


20071108-Fournil 002
 
   Le Soir :

 Jamioulx Un avis de recherche

Les tueurs sont toujours en cavale

La police judiciaire fédérale est toujours à la recherche de quatre des cinq jeunes suspectés du meurtre perpétré dans la nuit de dimanche à lundi sur Pascal Hennuy, un boulanger de Jamioulx. Les quatre fugitifs, tous originaires d'une cité de Roux et parmi lesquels figurent deux mineurs, ont été identifiés suite à l'interpellation et aux aveux d'un de leurs complices de 17 ans, placé depuis lors en centre fermé. Ces jeunes suspects étant toujours dans la nature, les forces de l'ordre ont demandé la publication d'un avis de recherche concernant les deux majeurs, Dorian Cherpion (23 ans) et Abdelah Mostefa (18 ans). Le premier a déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Charleroi pour vol avec effraction. Le second était jusqu'alors inconnu de la Justice. Ces deux jeunes, qui pourraient avoir été mêlés à d'autres faits de violence, sont hautement suspectés d'avoir commis le cambriolage manqué de la boulangerie « Le Fournil ». Au moins deux d'entre eux s'étaient introduits encagoulés dans l'atelier, puis dans la partie privative. Ils avaient abattu le chien des propriétaires, un beauceron, avant de tomber nez à nez avec Pascal Hennuy. Armé d'un couteau, ce dernier aurait lancé son arme en direction des malfrats. L'un d'eux aurait alors riposté d'un coup de feu, tuant le boulanger d'une balle en plein dans le thorax. Toute personne ayant plus de renseignements sur Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, ou sur le lieu où ils résident, est priée de s'adresser à la police fédérale au numéro de téléphone gratuit 0800/91.119.

FRÉDÉRIC DUBOIS   La Dernière Heure : 

Voici deux des suspects

Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa sont recherchés pour le meurtre du boulanger de Jamioulx

JAMIOULX L'enquête sur le meurtre de Pascal Hennuy, ce boulanger de Jamioulx abattu lors d'un cambriolage manqué survenu dans la nuit de dimanche à lundi, avance à grands pas. Après avoir intercepté un jeune garçon de 17 ans ce mardi, qui est passé aux aveux et qui a déjà été placé en centre fermé, les pandores de la police judiciaire fédérale de Charleroi Charleroi ont réussi à identifier ses quatre complices. Parmi ces quatre fugitifs, tous originaires d'une cité de Roux, figurent seulement deux majeurs. Le plus vieux, Dorian Cherpion, n'a que 23 ans. Il a pourtant déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Charleroi pour vol avec effraction. L'autre, qui se nomme Abdelah Mostefa, est âgé de 18 ans. Il était jusqu'alors inconnu des autorités judiciaires. Pour l'heure, Cherpion et Mostefa se terrent dans un lieu demeuré inconnu, à l'instar de leurs acolytes mineurs. Ces jeunes, dont l'arrestation pourrait permettre d'élucider plusieurs braquages, sont hautement suspectés d'avoir commis le cambriolage mortel de Jamioulx. Au moins deux d'entre eux sont en effet entrés par effraction dans l'atelier du Fournil, puis dans la partie privative. Là, ils ont abattu Zeus, le beauceron des propriétaires avant de tomber nez à nez avec Pascal Hennuy, réveillé par le vacarme. Ce dernier aurait tenté de se défendre en lançant un couteau. Mais l'un des auteurs a riposté, lui tirant une balle dans le thorax. Le boulanger n'a pas survécu. Ce vendredi, auront lieu les funérailles de Pascal Hennuy où des dizaines de personnes sont attendues. La levée du corps est prévue pour 10 h 30 au funérarium Fontaine de Gilly. La messe se déroulera dès 11 h à l'église Saint-André de Jamioulx. Toute personne ayant plus de renseignements sur Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, ou sur le lieu où ils résident, est priée de s'adresser à la police fédérale au 0800/91.119. F. D. Toute personne ayant plus de renseignements sur Abdelah Mostefa ou Dorian Cherpion est priée de s'adresser au 0800/91.119. (belga)

Quelques photos  de mon écran de télévision prises lors du journal de RTL - 19h, 9 novembre 2007) :

Copie de DSC_0150


 

Copie de DSC_0152

 La corporation des boulangers de la région venue en solidarité.

 Copie (3) de DSC_0158

 

Copie de DSC_0162

Vital Loraux, plus grand arbitre belge de football de tous les temps, habitant non loin du lieu du drame, est interviewé.

Copie de 20071109-Fournil

Copie de 20071109-Fournil 001
 

 

Dans la presse du samedi 10 novembre :

La Dernière Heure :

Adieu à l'artisan du pain

Plus de 300 personnes ont assisté aux funérailles de Pascal Hennuy, le boulanger assassiné

JAMIOULX  Le petit village de Jamioulx ne s'est pas encore remis du drame qui s'est joué lundi dernier, dans la boulangerie Le Fournil, installée sur la place Communale.

Une bande de cinq jeunes malfrats s'est introduite dans le commerce de Pascal Hennuy, abattant son chien Zeus avant de tomber nez à nez avec le propriétaire des lieux.

Pascal a vraisemblablement lancé un couteau de cuisine pour se défendre. Pour toute réponse, il a reçu une balle dans le thorax. Un coup de feu qui s'est avéré mortel. Les cinq auteurs de ce cambriolage manqué ont pris la fuite sans emporter de butin. Mardi, l'un d'eux, de 17 ans, a été pincé. Il est passé aux aveux et a dénoncé ses complices parmi lesquels figurent Dorian Cherpion, 23 ans, Abdelah Mostefa, 18 ans, et deux autres mineurs.

Aux dernières nouvelles, les quatre fugitifs étaient toujours dans la nature. Mais leur interception était sans doute une question d'heures.

Hier matin, Pascal Hennuy, l'artisan du pain, s'en est allé. Et plus de 300 personnes l'ont accompagné dans son dernier voyage. Sa femme Dominique, son père et son frère étaient bien sûrs présents, accablés par le chagrin. Mais de nombreux amis et collègues boulangers étaient là eux aussi, ces derniers s'étant même équipés de leurs pelles à pain qu'ils ont élevées en haie d'honneur sur le parvis de l'église.

Venu du funérarium Fontaine de Gilly, le cortège s'est arrêté devant la boulangerie pour une minute de silence. Puis il s'est ébranlé lentement jusqu'à l'église Saint-André, bondée de monde.

Difficile de retenir ses larmes lorsque le meilleur ami de Pascal a pris la parole, rappelant le caractère pugnace du jeune boulanger, qui a franchi les étapes de la vie pour se hisser là où il était. Et comment les gens pouvaient l'entendre rire et chanter dans son atelier où il travaillait avec ardeur.

Difficile aussi de ne pas se laisser envahir par un sentiment de vengeance envers ses assassins qui ont froidement abattu Pascal, alors qu'il cherchait juste à défendre son chien, sa femme, sa vie.

Frédéric Dubois

La Nouvelle Gazette, samedi 10 novembre :

20071110-Fournil

 

logo_rtl_info lundi, 12 novembre :

Meurtre boulanger à Jamioulx: les 2 suspects se sont livrés

DIVERS lun 12 nov Dorian Cherpion, 23 ans, et Abdelah Mostefa, 18 ans, recherchés depuis une semaine pour leur participation au meurtre d'un boulanger à Jamioulx, le 5 novembre dernier, se sont livrés ce week-end à la police, a-t-on appris lundi de source judiciaire à Charleroi.



 

 

 Dans la presse du mardi 13 novembre :

Vers l'Avenir :

Meurtre du boulanger : quasi tous arrêtés

Traqués comme ils l'étaient, les quatre meurtriers présumés du boulanger de Jamioulx ne pouvaient plus se terrer longtemps. Dimanche soir, une semaine après le cambriolage mortel du " Fournil " qui a coûté la vie à Pascal Hennuy, Dorian Cherpion (23 ans) et Abdelah Mostefa (18) se sont livrés aux forces de l'ordre. Les deux majeurs de ce quatuor ont été interrogés toute la nuit et présentés ce lundi à la juge d'instruction Brigitte Francotte. Après audition, la magistrate les a placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec violence avec la circonstance aggravante qu'un meurtre a été commis pour faciliter la fuite.

Il n'aura donc fallu qu'une semaine aux enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Charleroi pour élucider ce crime qui a secoué non seulement un village, mais également toute la corporation des petits commerçants. Mardi dernier, un premier suspect âgé de 17 ans était déjà pincé. Il n'a pas tardé à avouer sa participation passive au cambriolage mortel, avant de dénoncer ses complices.

Fin de semaine dernière, un autre mineur faisant partie de cette bande de la région de Roux et Courcelles a été intercepté. Celui-là ne semble pas avoir participé au drame de Jamioulx. Mais son interception pourrait permettre d'élucider plusieurs vols avec violences commis dans la région de Charleroi ces derniers temps.

Plus qu'un...

Un seul des suspects, âgé de 16 ans et identifié par les forces de l'ordre, se terre donc encore quelque part. Mais de source proche de l'enquête, son interception ne semblait plus être qu'une question d'heures. Son arrestation permettra aux enquêteurs de réaliser certains devoirs, comme des confrontations et une reconstitution. En effet, il semble que des incohérences, voire des contradictions, ressortent des premiers interrogatoires. Sans doute cherchent-ils à éviter d'endosser le rôle du tireur...

Quoiqu'il advienne, ce dossier sensible devrait prendre la direction de la cour d'assises, y compris pour les mineurs impliqués dans le meurtre. Ceux-ci devraient faire l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse pour les juridictions pénales. Ils n'échapperont donc pas à la prison ferme.

Frédéric Dubois

Copie de 20071113-Fournil

Copie de 20071113-Fournil 001

Le Soir :

Jamioulx Une semaine après le meurtre du boulanger

Les tueurs au complet

Une semaine après le cambriolage mortel qui a coûté la vie à Pascal Hennuy, le boulanger de Jamioulx, les limiers de la police judiciaire fédérale ont quasi bouclé la première partie de l'enquête. Dès mardi dernier, un mineur de 17 ans a été intercepté par les pandores de la section « homicides ». Et bien vite, l'adolescent est passé à table, avouant sa participation passive à l'expédition nocturne au sein du « Fournil », avant de donner les noms de ses trois complices : Dorian Cherpion (23 ans), Abdelah Mostefa (18), ainsi qu'un jeune garçon de 16 ans.

Fin de semaine dernière, les enquêteurs ont attrapé un cinquième suspect dans leurs filets. Originaire comme le reste de la bande de la région de Roux-Courcelles, ce jeune homme de 17 ans n'aurait pas participé au braquage mortel de Jamioulx. Son interception devrait toutefois permettre d'élucider plusieurs vols avec violence commis récemment dans la région de Charleroi, preuve que cette bande était déjà bien active malgré le jeune âge de ses membres.

Traqués par la police, placardés en photos dans les journaux, Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa ont fini par craquer. Dimanche soir, ils se sont finalement livrés aux forces de l'ordre.

Incohérences et contradictions

Entendus toute la nuit par les enquêteurs, ils ont été déférés hier devant la juge d'instruction Brigitte Francotte qui les a placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec violence avec la circonstance qu'un meurtre a été commis pour faciliter la fuite. Selon toute vraisemblance, des incohérences et des contradictions subsistent encore entre les déclarations des différents suspects.

Des confrontations et une future reconstitution des faits devraient pouvoir éclairer les enquêteurs sur les rôles de chacun, et notamment sur l'identité du tireur. A condition bien sûr que les policiers mettent la main sur l'ultime fugitif, à savoir un « gamin » de 16 ans qu'ils ont déjà identifié. De ce que l'on sait, son interception ne semblait plus être qu'une question d'heures.

D'ores et déjà, on se doute que ce dossier prendra la direction de la cour d'assises, y compris pour les mineurs impliqués dans le meurtre. Ceux-ci devraient faire l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse pour les juridictions pénales. Ils n'échapperont donc pas à la prison ferme.

Frédéric Dubois

La Dernière Heure :

Ils se sont livrés

Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, les meurtriers du boulanger se sont rendus dimanche soir. Plus qu'un…

JAMIOULX Il n'aura fallu qu'une semaine aux enquêteurs de la police judiciaire fédérale de pour coincer les tueurs du boulanger de Jamioulx.Charleroi

Ceux qui, lundi dernier, se sont introduits dans le Fournil pour y commettre un cambriolage, n'hésitant pas à abattre Zeus, le chien, puis son maître, Pascal Hennuy.

Dimanche soir, après une traque d'une semaine, Dorian Cherpion (23 ans) et Abdelah Mostefa (18) se sont livrés aux forces de l'ordre.

Avec leurs photos placardées dans les journaux, ils ne pouvaient plus aller bien loin… Interrogés toute la nuit, Cherpion et Mostefa ont été présentés hier à la juge d'instruction Brigitte Francotte. La magistrate les a placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec violence avec la circonstance aggravante qu'un meurtre a été commis pour assurer la fuite. Il n'aura donc fallu qu'une semaine aux enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Charleroi pour élucider ce crime qui a secoué non seulement un village, mais également toute la corporation des petits commerçants.

Mardi dernier, un premier suspect âgé de 17 ans était déjà pincé. Il n'a pas tardé à avouer sa participation passive au cambriolage mortel, avant de dénoncer ses complices. Fin de semaine dernière, un autre mineur faisant partie de cette bande de la région de Roux et Courcelles a été intercepté. Celui-là ne semble pas avoir participé au drame de Jamioulx. Mais son interception pourrait permettre d'élucider plusieurs vols avec violences commis dans la région de Charleroi ces derniers temps. Un seul des suspects, âgé de 16 ans et identifié par les forces de l'ordre, se terre donc encore quelque part.

Mais de source proche de l'enquête, son interception ne semblait plus être qu'une question d'heures. Son arrestation permettra aux enquêteurs de réaliser certains devoirs, comme des confrontations et une reconstitution. En effet, il semble que des incohérences, voire des contradictions, ressortent des premiers interrogatoires. Sans doute cherchent-ils à éviter d'endosser le rôle du tireur… Quoiqu'il advienne, ce dossier sensible devrait prendre la direction de la cour d'assises, y compris pour les mineurs impliqués dans le meurtre. Ceux-ci devraient faire l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse pour les juridictions pénales. Ils n'échapperont donc pas à la prison ferme.

F.D.

La Libre Belgique :

Boulanger de Jamioulx : trois des auteurs arrêtés

Deux majeurs se sont constitués prisonniers après l'avis de recherche.

Pour deux habitants de la région de Charleroi, Dorian Cherpion, 23 ans, et Abdelah Mostefa, 18 ans, la situation était devenue intenable, après que le parquet carolo eut lancé un avis de recherche nominatif à leur égard, jeudi dernier. Difficile de se cacher, dans ces conditions… Ils se sont donc rendus ce week-end, a-t-on appris lundi.

Toujours est-il que ces deux jeunes gens sont soupçonnés de compter parmi les quatre auteurs du meurtre du boulanger Pascal Hennuy, âgé de 34 ans et qui tenait son commerce "Le Fournil” à Jamioulx. Le 5 novembre dernier vers 2 h 30 du matin, non sans avoir d'abord tué son chien, l'un des jeunes malfrats, qui étaient tous cagoulés et armés, a froidement abattu M. Hennuy. Alors, pourtant, qu'il était déjà couché au sol, semble-t-il. Les agresseurs étaient ensuite repartis sans butin.

Encore un mineur de 16 ans

La police avait toutefois réussi à identifier un premier auteur, mineur d'âge, le 7 novembre. Il était passé aux aveux. Reste donc en fuite un autre mineur de 16 ans, identifié.

Quant à Cherpion et Mostefa, ils ont été entendus par les enquêteurs de la police judiciaire fédérale, puis par la juge d'instruction Brigitte Francotte, qui les a tous deux placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec violences, avec la circonstance aggravante qu'un meurtre a été commis pour faciliter le vol ou en assurer l'impunité.

R.P (avec Belga) 

Dans la presse du 15 novembre :

Vers l'Avenir :

Les tueurs avaient déjà braqué

La bande qui a abattu un boulanger de Jamioulx le 5 novembre dernier, s'était déjà rendue coupable de deux agressions violentes, à Virelles et à Wayaux.

En neuf jours, l'enquête sur le meurtre de Pascal Hennuy, le boulanger de Jamioulx abattu chez lui par des cambrioleurs le 5 novembre, a progressé à pas de géants. Non contente d'avoir intercepté trois des quatre membres de cette expédition mortelle, ainsi qu'un mineur complice de cette bande, la police judiciaire fédérale de Charleroi peut aujourd'hui attribuer à ces individus deux autres vols avec violence, commis quelques jours plus tôt à Virelles et Wayaux, chez des personnes âgées.

Si les suspects se rejettent la responsabilité du tir mortel, les enquêteurs connaissent à présent le déroulement des faits. Cette nuit-là, vers 2 heures du matin, Dorian Cherpion (23 ans), Abdelah Mostefa (18) et deux mineurs de 16 et 17 ans se garent à 300 mètres de la boulangerie " Le Fournil ". Ils s'équipent de cagoules et d'armes dans la voiture avant d'entrer par effraction dans la partie privative. Zeus, le beauceron de Pascal Hennuy, joue parfaitement son rôle de chien de garde, et tient en respect deux des intrus qui l'abattent l'un avec un 9 mm, l'autre avec une carabine 22 Long. Le chien devra être euthanasié quelques heures plus tard.

Réveillés par le vacarme, Pascal Hennuy et sa femme tombent nez à nez avec les deux autres auteurs. L'épouse est contrainte de se coucher au sol. Le boulanger saisit un couteau qu'il lance en direction d'un malfrat, le blessant au pied. Un coup de feu part, tuant Pascal Hennuy quasi sur le coup et mettant en fuite les voleurs bredouilles. " Le modus operandi utilisé par les auteurs a rapidement permis aux enquêteurs de faire le lien avec deux agressions commises à Virelles et Wayaux, peu de temps auparavant ", déclare le Procureur du Roi, Christian De Valkeneer. " À Wayaux notamment, les auteurs avaient aussi abattu le chien des victimes avant de voler une arme utilisée lors du cambriolage mortel. Quant à la 22 Long dérobée à Virelles, elle a servi à tuer le chien du boulanger ".

Dès le lendemain des faits, un mineur, déjà bien connu des services de la jeunesse, se livrait aux policiers, passait aux aveux et dénonçait ses complices. Quelques jours plus tard, un autre jeune de 17 ans se rendait : il n'a probablement pas participé au raid mortel de Jamioulx, mais bien aux agressions de Wayaux et Virelles. Enfin, dimanche soir, Cherpion et Mostefa ont mis un terme à leur cavale. Ils ont depuis lors été placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec la circonstance qu'un meurtre a été commis pour le faciliter. Placés en centre fermé, les mineurs feront l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse et seront jugés par la cour d'assises. Le plus jeune, âgé de 16 ans, est toujours en cavale. Mais sans doute plus pour longtemps

Frédéric Dubois

 

Le Soir :

 

Jamioulx Les quatre jeunes étaient armés et déterminés

Les tueurs du boulanger écumaient toute la région

Neuf jours après le meurtre du boulanger de Jamioulx, l'enquête de la police judiciaire fédérale de Charleroi avance à pas de géants. Selon nos informations, les quatre jeunes gens, tous armés, qui avaient projeté de cambrioler le domicile privé du boulanger auraient été informés de la présence d'argent liquide au domicile de leur victime. La PJ a pu reconstituer le déroulement du drame. Le « commando » était arrivé à bord d'une voiture conduite par l'un des mineurs d'âge impliqués, Aubin B. (17 ans), qui avait « emprunté » ce véhicule à sa soeur. Garés à environ 300 m du commerce, ils se sont équipés de cagoules et d'armes dans la voiture avant de pénétrer dans l'habitation. Zeus, le beauceron de Pascal Hennuy, a joué son rôle de chien de garde. Dix coups de feu ont été tirés sur l'animal, notamment par Aubin, qui explique qu'il éprouvait de la peur à l'égard des chiens après avoir été mordu à la poitrine par un molosse alors qu'il était enfant. Rottweiler abattu

Deux auteurs ont fait usage de deux armes différentes pour tuer le molosse : un 9 mm et une carabine 22 Long volée lors d'une agression sur personnes âgées commise à Wayaux, fin octobre. Cette nuit-là, cinq individus étaient entrés chez ces sexagénaires qu'ils avaient molestés et dépouillés. Et là aussi, ils avaient également abattu le rottweiler des propriétaires. Réveillés par le bruit, Pascal Hennuy et sa femme sont tombés nez à nez avec les deux autres auteurs. L'épouse a été contrainte de se coucher au sol. Le boulanger a saisi un couteau qu'il a lancé en direction d'un malfrat, le blessant au pied. Un coup de feu est parti, tuant Pascal Hennuy. Selon le témoignage d'Aubin, l'auteur du coup de feu mortel serait Dorian Cherpion (23 ans), qui nie. « Le modus operandi utilisé par les auteurs a rapidement permis aux enquêteurs de faire le lien avec deux agressions commises à Virelles et Wayaux, peu avant », explique le Procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer. « A chaque fois, des violences ont été exercées sur les victimes et un butin a été emporté, dont des armes qui ont été utilisées lors des faits de Jamioulx ». Dès le lendemain du meurtre, Aubin B., déjà bien connu du service Jeunesse, s'est livré aux forces de l'ordre. Il est passé aux aveux et a dénoncé ses complices, dont un autre mineur. L'avocat d'Aubin, Me Amrani, soutient que son client, même s'il a abattu le chien, « n'a pas participé au cambriolage mortel ». « Son implication est minime », soutient l'avocat qui compte bien s'ériger contre un dessaisissement des juridictions de la jeunesse. Dorian Cherpion (23 ans) et Abdelah Mostefa (18) ont mis un terme à leur cavale dimanche. Ils ont été placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec la circonstance aggravante de meurtre. Un mineur de 16 ans est toujours en fuite.  

Frédéric Dubois

La Dernière Heure :

L'enquête avance

Les tueurs du boulanger de Jamioulx avaient déjà braqué

JAMIOULX "En 9 jours, l'enquête sur le meurtre du boulanger de Jamioulx a avancé à pas de géant.” Le procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer, a souligné hier le travail effectué par la police judiciaire fédérale et la juge d'instruction Francotte dans ce dramatique dossier. Sur les quatre auteurs de ce cambriolage mortel survenu le 5 novembre, trois ont été pincés. Un quatrième larron, âgé de 17 ans, s'est livré. S'il ne semble pas concerné par l'expédition qui a coûté la vie à Pascal Hennuy, il pourrait bien être impliqué dans deux agressions sur personnes âgées survenues à Virelles et Wayaux, à la fin du mois d'octobre. Les enquêteurs avaient en effet eu l'attention attirée par le modus operandi identique. À chaque fois, les auteurs sont entrés au moins à quatre chez leurs victimes, n'hésitant pas à les molester pour les dépouiller. À Wayaux, ils ont abattu le rottweiler des propriétaires, comme ils ont abattu Zeus, le beauceron de Pascal Hennuy. Qui plus est, des armes ont été volées à Virelles et Wayaux. Et l'un d'elles, à savoir une carabine 22 Long, a servi à tuer le chien du boulanger, les auteurs ayant dû s'y mettre à deux pour se débarrasser du fidèle toutou qui a défendu ses maîtres jusqu'au bout. Pour l'heure, les suspects interceptés se rejettent la responsabilité du tir qui a tué Pascal Hennuy. Un coup de feu est parti, le blessant mortellement. Le lendemain, un mineur bien connu se constituait prisonnier et dénonçait ses complices. Dimanche dernier, Dorian Cherpion, 23 ans, et Abdelah Mostefa, 18 ans, se livraient également. Ils sont depuis lors à Jamioulx (la prison cette fois) pour tentative de vol avec la circonstance aggravante de meurtre. Les mineurs étant âgés d'au moins 16 ans n'échapperont pas à la cour d'assises. Y compris le cadet qui est toujours en cavale.

F. D.

La Libre Belgique :

Meurtriers du boulanger et agresseurs en général

Ceux qui ont agressé Pascal Hennuy en le tuant n'en étaient pas à leur coup d'essai.

Le procureur du Roi de Charleroi, Christian de Valkeneer, a exposé mercredi des éléments neufs concernant la bande qui, le 5 novembre, a mis à mort Pascal Hennuy, un boulanger de Jamioulx âgé de 34 ans. On savait que les auteurs avaient été identifiés, soit deux mineurs (dont un de 16 ans en fuite) ainsi que deux majeurs, Dorian Cherpion, 23 ans, déjà connu pour des vols qualifiés, et Abdelah Mostefa, 18 ans, au casier judiciaire vierge jusque-là Mais on a appris que certains d'entre eux avaient déjà été impliqués dans d'autres agressions violentes, à Wayaux et à Virelles.

Voleurs d'armes

Dans le premier cas, après avoir pénétré par effraction dans une maison, les agresseurs avaient abattu le chien, avant de porter des coups à un couple de sexagénaires. Dans le second, une sexagénaire avait été attaquée chez elle par quatre individus armés. Ils étaient repartis entre autres avec sa voiture. Mais, dans chaque cas, les voleurs ont aussi emporté une arme. Les deux ont été utilisées à Jamioulx. Précisément, le 5 novembre vers 2 heures, les quatre malfrats, cagoulés, gantés et armés, sont entrés dans l'habitation du boulanger et se sont trouvés face au chien de la maison qui, faisant son travail, s'en est pris à eux. Deux des agresseurs ont tiré sur lui, le tuant. Les deux autres se sont ensuite trouvés face au boulanger et à son épouse qu'ils ont obligée à se coucher au sol (et non son mari, comme précédemment écrit). Le boulanger a lancé un couteau vers eux et un des auteurs a tiré, le tuant net.

Tous aux assises ?

Pour conclure, le procureur a estimé que l'enquête pourrait établir d'autres faits à charge de la bande, qui comporte un 5e membre n'étant cependant pas intervenu lors des faits Jamioulx – même si le rôle précis des quatre n'est que partiellement connu, en l'attente de l'arrestation du fuyard. Enfin, M. De Valkeneer a relevé que les quatre auteurs de Jamioulx pourraient aller ensemble aux assises, si une ordonnance de dessaisissement intervenait en justice de la jeunesse pour les mineurs. R.P.

 

 

 

Dans la presse du 16 novembre :  Vers l’Avenir :   Un mineur aurait renseigné les malfrats L'enquête sur le meurtre du boulanger de Jamioulx, Pascal Hennuy, a connu un nouveau rebondissement ce mercredi. Cette fois, la police judiciaire fédérale de Charleroi a mis la main sur un jeune de 17 ans, originaire de Fontaine-l'Evêque, qui travaillait de temps à autre comme étudiant au " Fournil ". Rien avoir toutefois avec l'apprenti qu'employait Pascal Hennuy à une époque. Selon nos sources, il semble que ce nouveau suspect, placé depuis lors au centre fermé de Braine-le-Château, a renseigné les quatre membres de l'expédition mortelle du 5 novembre dernier sur la présence probable d'une somme d'argent de 6000 euros. Le boulanger devait apparemment effectuer un achat important cette semaine-là.

C'est forts de cette information, que Dorian Cherpion (23 ans), Abdelah Mostefa (18) et deux autres mineurs auraient mis sur pied leur criminelle expédition, fatale au malheureux Pascal Hennuy. Le " Mauricien " toujours en cavale Pour l'heure, on ignore encore les rôles exacts de chacun des protagonistes, ceux-ci se rejetant la responsabilité du tir mortel. Les enquêteurs de la police judiciaire fédérale mettent donc les bouchées doubles pour intercepter le dernier suspect de 16 ans, surnommé le " Mauricien ". Aux dernières nouvelles, il était toujours en cavale. Hier, les deux majeurs, Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, devaient comparaître devant la Chambre du Conseil de Charleroi. Me Pierre Chomé, qui défend le premier, a toutefois demandé le report à jeudi prochain pour étudier le dossier. Abdelah Mostefa est quant à lui défendu par Me Philippe Balleux. Cette affaire ne semble pas devoir échapper à la cour d'assises, y compris pour les mineurs qui devraient faire l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse. Les braquages chez des personnes âgées de Wayaux et Virelles, commis par cette même bande, y seront également joints. Frédéric .Dubois

. La Dernière Heure :  

Complice des tueurs

Un mineur de 17 ans aurait rancardé la bande pour le braquage mortel de la boulangerie

 Chaque jour amène de nouveaux éléments dans l'enquête sur le crime du boulanger de Jamioulx. Si la PJF de Charleroi recherche toujours le dernier des quatre auteurs qui se trouvaient chez Pascal Hennuy, le 5 novembre, un autre jeune de 17 ans a été intercepté jeudi soir. Celui-ci n'est autre qu'un étudiant de Fontaine-l'Évêque qui a travaillé un peu pour le boulanger. Rien à voir toutefois avec l'apprenti que Pascal Hennuy a eu sous ses ordres tout un temps. Cet étudiant donc aurait rancardé Dorian Cherpion, Abdelah Mostefa et les deux autres mineurs sur la probable présence d'une forte somme chez le boulanger qui devait effectuer un achat cette semaine-là. On parle de 6.000 euros en liquide. L'étudiant n'a pas participé activement à l'expédition mortelle, mais devait apparemment obtenir sa part du butin. Déféré devant le juge de la jeunesse, il se trouve aujourd'hui au centre fermé de Braine-le-Château. Hier, les deux majeurs, à savoir Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, devaient comparaître devant la chambre du conseil de Charleroi. Me Pierre Chomé, qui défend le premier, a toutefois demandé le report à jeudi prochain pour étudier le dossier. Abdelah Mostefa est quant à lui défendu par Me Philippe Balleux. Cette affaire ne semble pas devoir échapper à la cour d'assises, y compris pour les mineurs qui devraient faire l'objet d'un dessaisissement.

Frédéric Dubois

Le Soir :

Nouvelle interpellation après l'attaque du « Fournil »

L'étudiant boulanger était de mèche

De nouveaux éléments s'ajoutent de jour en jour dans l'enquête sur le crime du boulanger de Jamioulx, perpétré le 5 novembre dernier. Mercredi soir, la police judiciaire fédérale de Charleroi a mis la main sur un jeune homme de 17 ans, suspecté d'avoir « donné le coup » aux jeunes agresseurs. Originaire de Fontaine-l'Evêque, le mineur avait vraisemblablement travaillé quelque fois comme étudiant pour Pascal Hennuy qui, soit dit en passant, a également eu sous ses ordres un apprenti, étranger à cette affaire. Il avait apparemment appris que le boulanger s'apprêtait à effectuer un achat important et qu'il détenait une grosse somme d'argent chez lui (6.000 euros, selon une source proche de l'enquête). Le jeune homme n'a apparemment pas participé en tant que tel à l'expédition mortelle, mais devait vraisemblablement toucher une part du butin pour les informations qu'il avait pu fournir à ses complices. Il a toutefois été présenté au juge de la Jeunesse qui l'a envoyé en institution fermée, à Braine-le-Château. Cette nuit-là, Dorian Cherpion, Abdelah Mostefa et deux mineurs de 16 et 17 ans avaient garé leur voiture à 300 mètres du « Fournil ». Ils s'étaient équipés d'armes à feu, de gants et de cagoules dans le véhicule avant de pénétrer par effraction. La veille, les auteurs étaient venus en repérages et il semble qu'il avait été convenu dès le départ de tuer le beauceron du boulanger. Sauf que le brave Zeus a donné du fil à retordre à deux des intrus qui ont dû utiliser une 22 Long et un 9 mm pour le rendre inoffensif, le chien ayant dû être euthanasié quelques heures plus tard. Le « Mauricien » recherché Alertés par le vacarme, Pascal Hennuy et son épouse Dominique sont alors descendus. Cette dernière a dû se coucher sur le sol tandis que son mari était plaqué contre un mur. Mais il s'est retourné, lançant un couteau qui a blessé l'un des truands au pied. Un coup de feu est parti, tuant le boulanger quasi sur le coup. Pour l'heure, les différents suspects arrêtés se rejettent la responsabilité du tir mortel. Inutile de dire que les enquêteurs font le forcing pour épingler le dernier auteur en cavale, un jeune homme de 16 ans surnommé le « Mauricien ». Des confrontations et une reconstitution permettront sans doute de discerner le rôle des quatre membres de l'expédition mortelle. Ce jeudi, Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, les deux majeurs de la bande, devaient comparaître devant la Chambre du Conseil de Charleroi. Le conseil du premier, Me Pierre Chomé, a toutefois demandé le report de l'affaire à jeudi prochain afin d'étudier le dossier. Me Philippe Balleux assurera quant à lui la défense de Mostefa. Même si les conseils des mineurs tenteront de l'éviter, cette affaire fera vraisemblablement l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse pour les juridictions d'assises. Deux agressions commises par la même bande, chez des personnes âgées de Virelles et Wayaux, y seront jointes.

FRÉDÉRIC DUBOIS

Dans la presse du 20 novembre :

La Dernière Heure :

Le tueur : "C'était lui ou moi”

 

  

 

 

Mardi, le 18 décembre :

 logo_rtl_info

La reconstitution du meurtre du boulanger à Jamioulx aura duré plusieurs heures

Les cinq inculpés dans le dossier du crime qui a coûté la vie, le 5 novembre dernier à l'aube, au boulanger Pascal Hennuy, dans son commerce, "Le Fournil" à Jamioulx,  sont revenus sur les lieux mardi après-midi, plusieurs heures durant, dans le cadre d'une reconstitution. Deux majeurs et deux mineurs qui ont pris part à l'agression, avaient été interpellés ou s'étaient rendus, peu de temps après les faits. Un cinquième jeune, qui n'avait pas pris part à l'agression mais qui avait fourni des informations à ses complices après avoir travaillé dans la boulangerie, avait également vu son dossier transmis à la juridiction de la jeunesse.Un périmètre de sécurité a été installé autour de la boulangerie, mardi en début d'après-midi, en présence de nombreux policiers qui empêchaient les éventuels curieux de s'approcher des lieux de la reconstitution. La principale tâche dévolue aux enquêteurs au cours de cette reconstitution devait consister à préciser qui, parmi les quatre participants à cette agression, avait tiré sur le boulanger Hennuyer le coup de feu qui l'a mortellement touché d'une balle en plein cœur. Selon les premiers éléments de l'enquête, les participants s'en rejetaient en effet la responsabilité.Cette reconstitution pourrait déboucher, en ce qui concerne les mineurs d'âge, sur une ordonnance de dessaisissement permettant au magistrat de la jeunesse de confier le dossier des trois mineurs à la juge d'instruction Brigitte Francotte, en charge du dossier pour ce qui regarde les inculpés majeurs.

20071218 006

 

 Dans la presse du 19 décembre :

Vers l'Avenir : 

 Un seul a tiré sur le boulanger

Ils étaient cinq au moment du meurtre et cinq à la reconstitution. Mais ils se rejettent la responsabilité du tir qui a tué le boulanger de Jamioulx.

Abdelah Mostefa (18 ans), Laurent Cherpion (23) et leurs trois complices mineurs sont revenus sur les lieux de leur crime, hier, pour la reconstitution du meurtre du boulanger de Jamioulx, Pascal Hennuy. Dans la nuit du 5 novembre, quatre d'entre eux avaient pénétré dans la boulangerie " Le Fournil " pour y commettre un vol. Grâce aux indications fournies par un complice mineur, un jobiste ayant travaillé chez M. Hennuy, les jeunes truands savaient que l'artisan du pain détenait une somme d'environ 6 000 € qu'il comptait investir dans un salon.

Sans hésitation, deux des auteurs avaient abattu dès leur entrée Zeus, le beauceron qui gardait la maison. Réveillés, Pascal Hennuy et sa femme Dominique ont été mis en joue. Mais il semble que le boulanger ait tenté de se défendre en lançant un couteau. L'un des auteurs a riposté, le tuant d'une balle dans la poitrine.

Après une cavale de quelques jours, les cinq protagonistes ont été pincés par la police fédérale de Charleroi. Les deux majeurs, Mostefa et Cherpion, sont sous mandat d'arrêt tandis que les mineurs (dont un de 16 ans !) sont pour l'instant placés en centre fermé. Le juge de la Jeunesse se dessaisira probablement en cours de procédure au profit des juridictions pénales. Bref, ce sera la cour d'assises pour tout le monde.

Le seul hic subsistant est que les suspects se rejettent la responsabilité du tir mortel. Une reconstitution a donc été organisée hier après-midi, sur les lieux du drame, afin de confronter les jeunes tueurs à leurs mensonges. La place a donc été coupée en deux par les forces de l'ordre qui ont instauré un large périmètre de sécurité à l'aide de barrières Nadar. La réserve générale était présente et plusieurs policiers armés montaient la garde pour éviter les intrusions. Les quatre jeunes ayant participé au cambriolage ont été ramenés sur place, à l'abri des regards. L'opération, menée par la juge d'instruction Brigitte Francotte, a duré tout l'après-midi, chaque version étant scrupuleusement analysée. On ignore pour l'instant si le véritable auteur du coup de feu mortel a été identifié. Mais les enquêteurs ont certainement assis leurs convictions.

F.D.

 

 

 

 

 

 

 

Un tueur de Jamioulx cavale

Incroyable évasion à l'IPPJ de Wauthier-Braine. Mais un chien policier rattrape l'un des tueurs du boulanger Pascal Hennuy

WAUTHIER-BRAINE Selon nos infos, une incroyable évasion s'est déroulée hier à l'Institution de protection de la jeunesse de Wauthier-Braine, avec la cavale d'un des cinq suspects de l'assassinat, commis le 5 novembre 2007 à Jamioulx, du boulanger Pascal Hennuy. Un des principaux suspects, bien que mineur d'âge, a réussi à s'échapper alors que des policiers venaient l'y chercher pour le transférer à la police judiciaire fédérale de . A., 17 ans, peut-être celui qui a tiré et tué le boulanger (ils sont deux à s'accuser…), a pu s'évader bien que menotté. C'est un chien pisteur de la police fédérale qui est parvenu, avec son maître, à l'intercepter. Le chien a suivi la piste sur plus de trois kilomètres avant de rattraper le fugitif près de la sortie 22 (Braine-l'Alleud, Tubize, Waterloo) de l'autoroute Bruxelles-Mons.Charleroi

L'affaire du boulanger de Jamioulx et l'émotion qu'a suscitée dans le public l'exécution, en pleine nuit et pour quelques euros, d'un homme trahi par un jeune apprenti à qui il donnait sa chance, par amitié pour son père, devaient faire redoubler la vigilance des gardiens à l'endroit de ce jeune homme déjà connu pour tiger-kidnapping. Et pourtant, le mineur d'âge a pu fausser compagnie à ceux-ci. À ce stade, les circonstances ne sont pas explicitées. Mais quelque part, on note un juste retour des choses : le 5 novembre, le chien Zeus qui protégeait son maître avait été abattu par les truands.

Hier, c'est un berger malinois du détachement canin de la police fédérale, le chien Jack, qui a contribué à récupérer le suspect. A. avait pourtant espéré échapper à ses poursuivants en traversant la boue, les ronces, et même un petit tunnel pratiqué sous l'autoroute.

Gilbert Dupont

La Dernière Heure, le 27 février 2008

Les meurtriers du boulanger restent en prison

Le mandat d'arrêt de Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, les tueurs de Pascal Hennuy, a été prolongé

Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, deux membres de la bande responsable du meurtre du boulanger de Jamioulx, ont comparu hier devant la Chambre du Conseil de Charleroi. Sans surprise, celle-ci a confirmé leur mandat d'arrêt.

Le 5 novembre dernier, ces deux individus, accompagnés de deux mineurs de 16 et 17 ans, étaient entrés par effraction dans la boulangerie " Le Fournil " pour y commettre un cambriolage. Un complice de 17 ans, jobiste de Pascal Hennuy, les avait en effet informés que ce dernier détenait une somme d'environ 6000 euros chez lui.

Dès leur arrivée, les truands ont exécuté Zeus, le beauceron du boulanger de plusieurs balles. Réveillés par le vacarme, Pascal Hennuy et son épouse Dominique sont descendus et ont été mis en joue par les auteurs, tous armés. Plaqué contre le mur, le boulanger aurait tenté de résister en lançant un couteau. L'un des braqueurs a tiré, le tuant d'une balle en pleine poitrine.

Après une cavale de plusieurs jours, avec toutes les polices du Royaume à leurs trousses, les quatre principaux truands ont fini par se livrer. Le jobiste a lui aussi été pincé. Si Cherpion et Mostefa sont pour l'instant en détention préventive, en attente de leur comparution devant la cour d'assises, leurs trois complices mineurs sont quant à eux placés en IPPJ. Ces derniers étant tous âgés de minimum 16 ans, le Parquet a réclamé le dessaisissement des juges de la jeunesse pour permettre leur comparution aux assises. La procédure est pour l'instant en cours et quelque peu ralentie par les autres faits reprochés à cette bande à géométrie variable. Peu avant le meurtre du boulanger, ils avaient en effet agressé des personnes âgées à Virelles et Wayaux, où ils ont emporté les armes utilisées à Jamioulx. Mais l'enquête se poursuit et la liste des méfaits commis par ces jeunes malfrats n'est sans doute pas complète.

F.D.  Vers l'Avenir, 18 mars 2008

Faits divers

Charleroi. Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, les deux majeurs impliqués dans le meurtre du boulanger de Jamioulx, Pascal Hennuy, ont vu leur mandat d'arrêt prolongé hier, par la Chambre du Conseil de Charleroi. Les trois mineurs qui ont participé à ce tragique cambriolage sont toujours placés en IPPJ, en attente d'un éventuel dessaisissement au profit des juridictions d'assises.

(F.Ds.) Le Soir, 18 mars 2008

Un mineur, protagoniste d'un drame à Jamioulx, est en fugue

Le 5 novembre 2007, Pascal Hennuy, un boulanger de Jamioulx, était abattu par des cambrioleurs. Quelques jours plus tard, Aubin B. , un mineur d'âge, était interpellé.

La "Nouvelle Gazette” révélait jeudi que le jeune homme a fugué, mercredi, du centre fermé de Braine-le-Château, échappant à un éducateur lors d'une sortie encadrée.

Une rupture sentimentale mal vécue serait à l'origine de cette fugue. Le jeune homme avait déjà pris la poudre d'escampette voici quelques semaines après avoir bousculé un policier qui le ramenait à Braine à l'issue d'une comparution devant un juge de la jeunesse.

En septembre, la cour d'appel de Mons avait rendu un arrêt décidant d'une mesure de placement d'Aubin B. en centre fermé jusqu'à l'âge de 20 ans.

Précédemment, pourtant, le juge de la jeunesse de Charleroi avait décidé de se dessaisir de son cas. Aubin B. avait été placé en prison pendant quelques semaines et beaucoup croyaient qu'il serait renvoyé devant une cour d'assises. Dans ce dossier, deux autres suspects, majeurs ceux-là, ont été appréhendés.

L'annonce de la fugue du mineur a suscité une vive émotion à Jamioulx, tout spécialement dans l'entourage de la victime.

 

La Libre Belgique, 28/11/2008

 

23:28 Écrit par Karelkoning1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/11/2007

Meurtre au "Fournil"

NB : la mise en page est parfois chaotique. Le problème est incompréhensible et incorrigible.  

Notre paisible village est en émoi. Ce lundi 5 novembre 2007, je prends le train de 8h03 à Jamioulx. Un cordon policier déployé à l'entrée de la rue Vandamme est visible de la gare. Malgré un tel déploiement, j’étais loin d’imaginer qu’une nuit tragique s’était déroulée et allait  faire la une de la presse écrite, radiophonique et télévisée et ce, à l’échelon national. C’est vers midi qu’un collègue bruxellois m’apprendra la nouvelle…

Un boulanger abattu par deux braqueurs à Jamioulx

DIVERS lun 5 nov RTL Info

Pascal Rennuy, le boulanger tenant la boulangerie "Le fournil", place communale à Jamioulx (entité de Ham-sur-Heure/Nalinnes), a été abattu ce lundi aux premières heures, apparemment par deux braqueurs.

Il semble que le boulanger se soit trouvé face aux deux braqueurs armés, qui ont fait feu sur lui après lui avoir demandé le contenu de sa caisse. Ils seraient repartis sans le butin, rendant ce crime encore plus inutile qu'il ne l'est.

La boulangerie avait été fermée pour congés, après d'autres agressions déjà subies ces dernières semaines. Le parquet de Charleroi est actuellement sur place et un périmètre de sécurité y a été installé par les policiers de la zone Germinalt.

 

 

 

Avis de recherche pour le meurtre de Jamioulx

Mr Hennuy a été forcé par un auteur à se coucher sur le sol et a ensuite été mortellement blessé par un coup de feu.
Dorian Cherpion.
Abdelah Mostefa.

Le parquet de Charleroi a lancé jeudi un appel à témoins à propos de deux majeurs recherchés dans le cadre du meurtre, aux premières heures de lundi, d'un boulanger de Jamioulx.

Les deux suspects recherchés sont Dorian Cherpion, 23 ans, et Abdelah Mostefa, 18 ans. Lundi vers 02h00 du matin, un boulanger de Jamioulx, Pascal Hennuy, 34 ans, installé sur la place communale de Jamioulx, avait été réveillé par le bruit de l'intrusion dans son atelier d'individus venus le cambrioler. Il était descendu des pièces de son habitation à l'étage, avant de se trouver face à face avec plusieurs agresseurs. L'un de ceux-ci avait alors tiré dans sa direction, le blessant mortellement d'un coup de feu en plein coeur. Il semble que les agresseurs n'avaient rien emporté. Ils avaient également abattu le chien du boulanger.

On avait appris mercredi qu'un des auteurs supposés, un mineur d'âge, avait été interpellé, et était passé aux aveux quant à sa participation, sans qu'on puisse encore définir précisément son rôle dans cette agression en bande. Le parquet de Charleroi avait également signalé que quatre autres complices étaient recherchés, parmi lesquels deux mineurs d'âge. On sait désormais que les deux majeurs sont Dorian Cherpion, 23 ans, déjà connu pour des faits de vol qualifié, et Abdelah Mostefa, 18 ans, sans casier judiciaire, pour lesquels un appel à témoins a donc été lancé jeudi. (belga)

SUDP_CHAR_20071106_001_001[1]

20071106-NG-Fournil (1)
20071106-NG-Fournil


 

20071106-NG-Fournil (2)
20071106-NG-Fournil (3)

20071106-NG-Fournil (4)

20071106-NG-Fournil (6)

20071106-NG-Fournil (7)

 

La Libre Belgique :

 

Etre boulanger, cela deviendra-t-il une profession à risques ?

Après qu'on eut relevé d'autres attaques, un boulanger a été abattu.

Selon de premiers éléments d'enquête, ce serait à deux braqueurs violents que Pascal Rennuy, honnête boulanger de son état et âgé de 34 ans, devrait d'avoir perdu la vie. Cela s'est déroulé aux premières heures de la journée de lundi, alors que M. Rennuy se trouvait dans sa boulangerie "Le fournil”, sise sur la place de Jamioulx. L'infortuné commerçant se serait donc retrouvé face à deux agresseurs qui auraient exigé le contenu de la caisse. Comment les choses se sont-elles ensuite déroulées, ce n'était pas certain, lundi. Toujours est-il qu'un des deux hommes a déchargé son arme vers M. Rennuy, le blessant mortellement. La boulangerie avait pourtant été fermée pour de brefs congés, après qu'elle eut déjà été le théâtre d'autres agressions, ces dernières semaines. Le parquet et le juge d'instruction de Charleroi se sont très vite rendus sur place, délimitant avec la police un périmètre de sécurité.

Pas une première

Le pis, c'est qu'il n'est même pas possible d'écrire que l'affaire serait extraordinaire. Dans la nuit du 20 au 21 juin dernier, voilà donc à peine plus de 4 mois, M. Debacker, boulanger à Boncelles, une tranquille bourgade de la périphérie liégeoise, avait été abattu de plusieurs coups de feu, tirés alors qu'il était dans la cour de sa boulangerie. Une tentative de vol ayant mal tourné ? On ne connaissait en tout cas aucun ennemi à cet homme de 40 ans, aimé du voisinage. Et faut-il rappeler que, dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, un autre boulanger encore, de Marbais, avait dû faire lui-même feu sur trois braqueurs qui le menaçaient ? Deux avaient été légèrement blessés, un troisième étant toujours en fuite. Les premiers, deux Albanais, ont avoué que leur intention était de commettre un cambriolage. Vu les circonstances générales, il ne serait pas surprenant que le boulanger tireur bénéficie tôt ou tard de la notion de légitime défense.

R.P

 

Le Soir :

.Meurtre pour faciliter un vol ?

Un boulanger assassiné


Pourquoi Pascal Hennuy a-t-il été tué d'une balle en plein coeur dans la nuit de dimanche à lundi ? Pour de l'argent ?

Pascal Hennuy avait 35 ans. Depuis 13 ans environ, il tenait la boulangerie « Le Fournil » sur la place de Jamioulx (Ham-sur-Heure/Nalinnes). Un commerce où il fut apprenti avant d'en reprendre les rênes avec son épouse Dominique. Le couple, qui logeait dans cette ancienne fermette en pierres du pays, n'avait pas d'enfants. Dans le village, on appréciait Pascal Hennuy pour son caractère jovial, aimable avec le client. C'est dire si l'annonce de son assassinat, hier, a secoué la population.

Vers
2 heures du matin, lundi, deux hommes armés et encagoulés se sont introduits par effraction dans la boulangerie, en passant par l'atelier. Zeus, l'imposant beauceron de Pascal Hennuy, n'a pas eu le temps de montrer les crocs : les visiteurs nocturnes l'ont abattu de plusieurs coups de feu. Sans pitié.


Réveillé par le vacarme, le boulanger s'est rendu au rez-de-chaussée, s'armant d'un couteau de cuisine. « Il y a quelques mois, il aurait été au turbin à cette heure-là, raconte un riverain, client du « Fournil ». Mais Pascal avait réalisé des investissements, s'achetant notamment des machines spécialisées pour la cuisson du pain. Cela lui permettait de gagner quelques heures de sommeil, comme il se plaisait à en parler en concluant par un clin d'½il malicieux. »

Confronté aux malfrats dans son salon, l'artisan-boulanger aurait lancé son couteau dans leur direction. L'un d'eux a riposté immédiatement, tirant un coup de feu. La balle a atteint Pascal Hennuy en plein coeur, le tuant quasi sur le coup. Les auteurs ont aussitôt pris la fuite, sans emporter de butin. Une voiture aurait été aperçue par des riverains, mais celle-ci a disparu dans la nature.


« Crime crapuleux, gratuit »

La police locale de la zone Germinalt s'est rendue sur les lieux et a aussitôt instauré un périmètre de sécurité. L'affaire a été mise à l'instruction entre les mains de la juge Brigitte Francotte et confiée à la section homicides de la police judiciaire fédérale de Charleroi. Des prélèvements ont été effectués et les scellés apposés sur la boulangerie.

Pour
l'heure, le mobile de ce meurtre reste inconnu. « Le plus plausible reste celui du crime pour faciliter le vol, même s'il n'y a pas de butin, explique le procureur du roi de Charleroi, Christian De Valkeneer. L'hypothèse d'une vengeance après un conflit avec un apprenti semble quant à elle disproportionnée. Mais toutes les pistes sont examinées. »


Dimanche, vers midi, deux hommes ont tenté de braquer le restaurant « Chez Dewilde », non loin de là, à Nalinnes. Le patron ayant cru à une blague, les auteurs ont pris la fuite bredouilles. Y a-t-il un lien avec le meurtre de Pascal Hennuy ?

Chez « Tonton Charles », la taverne du village, on ne parlait évidemment que de ça, ce lundi. « C'est un crime crapuleux, gratuit, affirment les Jameloviens qui ont du mal à croire que le vol pouvait être le seul mobile des tueurs. Y a-t-il tellement d'argent à prendre dans une boulangerie, à deux heures du matin ? »

Ce n'est pas la première fois qu'un boulanger de la région de Charleroi succombe après un braquage. En mars, Renato Qualizza avait été abattu par deux braqueurs dans son commerce de Marchienne-au-Pont. L'un des auteurs a pu être identifié, l'autre court toujours. Jeudi, à Villers-la-Ville, un boulanger a quant à lui eu le dernier mot avec trois braqueurs. Muni d'une arme à feu, il en a blessé deux, les tenant en respect jusqu'à l'arrivée de la police.

FRÉDÉRIC DUBOIS


  La Dernière Heure : Un boulanger assassiné

Pascal Hennuy, 35 ans, a surpris les intrus qui venaient d'abattre son chien Zeus

Pascal Hennuy et son épouse Dominique avaient toute la vie devant eux. Mais deux malfrats à la recherche de quelques euros sont venus briser leurs rêves.

Pascal avait 35 ans. C'était le boulanger de la place communale de Jamioulx, dans l'entité d'Ham-sur-Heure/Nalinnes. Il y a environ 13 ans, le commerçant avait repris le Fournil, où il travaillait comme apprenti dans ses jeunes années. "C'était un homme aimable, souriant et sympathique avec les clients”, raconte un riverain. "Il aimait aussi la bonne chère et n'hésitait pas à prendre congé pour profiter de la vie ou prendre du recul”.

Samedi dernier, justement, Pascal Hennuy avait repris le travail après une pause de plusieurs jours.” Il ne devait donc pas y avoir beaucoup d'argent à voler”, poursuit le Jamelovien. Et pourtant, cela n'a pas empêché deux individus encagoulés de fracturer la porte de l'atelier du Fournil, vers 2 h du matin. Zeus, l'imposant beauceron des Hennuy, n'a pas eu le temps de défendre ses maîtres : il est tombé sous les balles des deux impitoyables intrus.

Réveillé par les détonations, Pascal Hennuy a saisi un couteau de cuisine et est allé à la rencontre des malfrats qui se trouvaient déjà dans son salon. Il semble que le boulanger ait lancé son arme dans leur direction. La riposte n'a pas tardé à venir : l'un des truands a tiré un coup de feu, lui transperçant le coeur.

Sans même prendre la peine d'emporter un butin, les tueurs ont pris la fuite. Dominique, l'épouse de la victime, a trouvé son mari agonisant. En état de choc, elle a pu avertir les secours. Mais il était trop tard…

L'affaire a été confiée à la police judiciaire fédérale de Charleroi. Pour l'heure, le mobile reste inconnu. "Le plus plausible reste celui du crime pour faciliter le vol, même s'il n'y a pas de butin”, explique le Procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer. "L'hypothèse d'une vengeance après un conflit avec un apprenti semble quant à elle disproportionnée. Mais toutes les pistes sont examinées”.

Samedi dernier, à Villers-la-Ville, c'est le boulanger qui avait eu le dernier mot, blessant deux des braqueurs. Pascal Hennuy n'a pas eu cette chance.

Frédéric Dubois
 

Vers l’Avenir : 

Boulanger abattu par des intrus

Une balle en plein coeur... Pascal Hennuy, 35 ans, boulanger, s'est pris une balle en plein coeur. Il avait surpris des intrus venant de tuer son chien.


Depuis hier matin, le petit village de Jamioulx, dans l'entité d'Ham-sur-Heure/Nalinnes, est sous le choc. Dans la nuit de dimanche à lundi, le boulanger de la place communale, Pascal Hennuy, a été froidement abattu par deux cambrioleurs.
C'est vers 2 heures que les auteurs se sont introduits par effraction dans l'atelier du " Fournil ". Zeus, l'imposant beauceron des propriétaires, n'a pas eu le temps de montrer les crocs : les auteurs l'ont aussitôt abattu de plusieurs balles. Dormant dans la partie privative, Pascal Hennuy (35 ans) et son épouse Dominique ont été réveillés par le vacarme. Un couteau de cuisine à la main, le boulanger s'est précipité dans le salon où il s'est retrouvé face aux malfrats. Il semblerait que M. Hennuy ait lancé son arme dans leur direction. Mais l'un d'eux a riposté d'un coup de feu, atteignant l'occupant des lieux en plein coeur. Pascal Hennuy n'avait aucune chance de survivre...

Les tueurs ont pris la fuite sans même emporter de butin. Une voiture aurait été aperçue par des riverains, sans pouvoir être identifiée. Avertie des faits, la police locale de la zone Germinalt est descendue sur place et a établi un périmètre de sécurité. L'épouse du boulanger, en état de choc après avoir découvert le corps de son mari, a été recueillie par une voisine.

" C'est un crime crapuleux et gratuit ", clamaient hier les Jameloviens, abasourdis par l'assassinat de leur boulanger. " Pascal était établi depuis plus de 13 ans et tenait la boutique avec son épouse Dominique. Ils n'avaient pas d'enfant et se consacraient à leur travail. C'était un homme jovial, aimable avec sa clientèle. Samedi, il avait repris le boulot après quelques congés. Il ne devait pas avoir grand-chose dans sa caisse. Quand bien même, quel boulanger détiendrait le pactole en plein milieu de la nuit ? "

Malgré tout, les enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Charleroi penchent pour un meurtre pour faciliter le vol. " D'autres pistes sont suivies, explique le Procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer. Mais l'hypothèse d'une vengeance après un différend avec un apprenti semble disproportionnée. "

Dimanche midi, le restaurant " Chez Dewilde " à Nalinnes a fait l'objet d'une tentative de braquage par deux individus. Le patron a toutefois pensé à une blague, ce qui a mis les auteurs en fuite. Faut-il y voir un lien avec le meurtre de Pascal Hennuy ? L'enquête est en cours.

En attendant, à Jamioulx, les commerçants vivent dans la crainte.

Frédéric DUBOIS

La Nouvelle Gazette (7 novembre) :

Copie de 20071109


Une douzaine de bouquets de fleurs

20071107-Fournil

 

Dans la presse du 8 novembre :

Le Soir :

Cinq jeunes suspectés du meurtre

Les enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Charleroi n'auront pas mis longtemps pour élucider le meurtre de Pascal Hennuy, ce boulanger de 35 ans abattu chez lui, à Jamioulx, dans la nuit de dimanche à lundi. Ce mardi, un mineur de 17 ans a été intercepté mais son interpellation a été maintenue sous embargo par la presse pour le bon déroulement de l'enquête. Il est en effet passé aux aveux rapidement et n'a pas tardé à dénoncer quatre complices, parmi lesquels figurent deux autres mineurs.

Ces quatre suspects sont toujours activement recherchés par les forces de l'ordre qui ont mené des perquisitions dans leurs familles ces deux derniers jours. Quant au jeune individu intercepté, il a déjà comparu devant le juge de la Jeunesse qui a ordonné son placement en centre fermé en attendant un probable dessaisissement pour les juridictions pénales. On imagine mal que le dossier ne soit pas jugé en cour d'assises.

D'après les informations recueillies par les enquêteurs, le jeune homme expliquerait le meurtre de Pascal Hennuy comme la terrible conséquence d'un cambriolage manqué. Au moins deux membres de cette bande auraient forcé la porte de l'atelier de la boulangerie « Le Fournil », installée sur la place Communale de Jamioulx, avant d'accéder à la partie privative. Zeus, le beauceron de Pascal Hennuy, se serait alors jeté sur les intrus qui l'ont abattu de deux balles.

Réveillé par les détonations, le boulanger serait alors descendu, s'armant un couteau. Tombé nez à nez avec les cambrioleurs en bas de son escalier, il aurait alors lancé sa lame. L'un des jeunes aurait alors riposté, lui tirant une balle dans le c½ur à bout portant. Réflexe de panique d'un gamin commettant un larcin ? Difficile à dire à ce stade.

Depuis lundi, le village de Jamioulx vit au rythme de l'enquête. Les commerçants, eux, se posent des questions sur leur propre sécurité. Devant la boulangerie, les bouquets de fleurs, les nounours, les dessins d'enfants s'amoncellent. Pascal Hennuy était unanimement apprécié. « Il a toujours voulu faire boulanger », nous raconte son papa. « Petit déjà, il m'aidait à faire le pain le week-end. Plus tard, il a travaillé pour quelques francs dans différentes boulangeries. » Pugnace, travailleur, Pascal Hennuy a finalement repris le « Fournil » il y a plus de 13 ans. « Il est parti de rien et s'est construit sa vie petit à petit », poursuit un ami d'enfance, boulanger lui aussi. « Récemment, il avait réalisé de coûteux investissements pour sa boulangerie. Il était arrivé là où il le désirait. Son petit plaisir, c'était les belles voitures et les bonnes tables. Pascal était un bon vivant. »

Pascal Hennuy sera inhumé vendredi au cimetière de Jamioulx. Des boulangers de la région ont d'ores et déjà décidé de lui rendre hommage en élevant leurs planches à pain en haie d'honneur devant l'église Saint-André. Tous se sentent en effet concernés par le drame qui a emporté leur collègue et ami.

FRÉDÉRIC DUBOIS

La Dernière Heure :

Un des meurtriers arrêté

Cinq jeunes, dont trois mineurs, sont suspectés du cambriolage manqué de la boulangerie de Jamioulx

JAMIOULX Cinq gamins pour un cambriolage mortel. Telle est donc l'explication du crime de Pascal Hennuy, ce chaleureux boulanger de Jamioulx tué chez lui dans la nuit de dimanche à lundi.

Ce mardi, un jeune garçon de 17 ans a été intercepté par la police judiciaire fédérale de Charleroi. Le suspect est passé aux aveux, dénonçant bien vite quatre complices du même âge. Parmi eux, figurent encore deux mineurs… Aux dernières nouvelles, les quatre membres manquants de cette bande étaient encore recherchés. Des perquisitions ont été menées dans leur famille, mais les suspects se terrent dans un endroit inconnu et ne sauraient tarder à être pincés. Le cinquième, qui avoue une participation passive aux faits, a quant à lui été déféré devant le juge de la jeunesse qui a ordonné son placement en institution fermée. Avant un probable dessaisissement pour les juridictions pénales, et sans doute la cour d'assises.

De ce que l'on sait, les cinq jeunes cherchaient apparemment à cambrioler la boulangerie. Le butin qu'ils auraient pu trouver ne pouvait pas être mirifique : Pascal Hennuy avait repris le travail deux jours plus tôt après une semaine de congés conseillée par son médecin suite à un vol dans sa boulangerie. Cherchaient-ils les clés de sa BMW série Z, un petit bolide qu'il s'était offert après des années de dur labeur ?

Toujours est-il qu'au moins deux d'entre eux sont entrés dans l'atelier du Fournil, puis dans la partie privative. Lorsque Zeus, le beauceron de la maison, s'est jeté sur eux, ils n'ont pas hésité à l'abattre de deux balles. Et il n'aura fallu qu'un seul projectile, tiré à bout portant en plein c½ur, pour tuer Pascal Hennuy. Réveillé, ce dernier s'était armé d'un couteau qu'il a probablement lancé en direction des intrus. Mais contre une arme à feu, il n'avait aucune chance.

Se sentant tous concernés par la mort de leur confrère, les boulangers élèveront leurs pelles à pain en haie d'honneur, ce vendredi, lors des funérailles de Pascal Hennuy qui auront lieu en l'église Saint-André de Jamioulx, à 11 heures.

Frédéric Dubois

La Libre Belgique :

Un suspect, mineur d'âge, interpellé

Tout indique qu'il s'agit d'une tentative de braquage de la boulangerie qui a mal tourné.

Les 4 autres suspects sont encore recherchés.

Un mineur d'âge a été interpellé dans le cadre de l'enquête sur le meurtre lundi d'un boulanger à Jamioulx. Ses quatre complices, parmi lesquels figureraient également deux autres mineurs d'âge, ont été identifiés mais sont toujours en fuite, a indiqué mercredi le parquet de Charleroi. Tout indique qu'il s'agit d'une tentative de braquage qui a mal tourné. Lundi vers 2h, Pascal Hennuy, 34 ans, a été réveillé par du bruit alors que des cambrioleurs s'introduisaient dans l'atelier de sa boulangerie, située place communale à  Jamioulx. Il se trouvait alors à l'étage, dans les pièces d'habitation. Arrivé au rez-de-chaussée, il s'est trouvé en présence d'agresseurs dont l'un a tiré dans sa direction, le blessant mortellement en le touchant en plein c½ur. Son chien avait été abattu par les cambrioleurs quelques instants plus tôt. Selon les premières indications, il n'y aurait pas eu de butin. L'enquête, menée par la police judiciaire fédérale, a abouti à l'interpellation d'un mineur d'âge et à l'identification de quatre autres auteurs, dont deux seraient également des mineurs d'âge, a-t-on appris mercredi auprès du parquet de Charleroi. Les 4 suspects étaient encore activement recherchés mercredi après-midi. Le mineur d'âge déjà interpellé serait passé aux aveux.

 Belga

Vers l'Avenir:

Un mineur arrêté, quatre jeunes recherchés

L' enquête sur le crime de Pascal Hennuy, le boulanger de Jamioulx assassiné chez lui, dans la nuit de dimanche à lundi, a avancé à pas de géant ces derniers jours. Mardi, les enquêteurs de la police judiciaire fédérale ont mis la main sur un jeune de 17 ans qui a rapidement avoué sa participation passive au cambriolage manqué perpétré dans la boulangerie " Le Fournil ", installée sur la place communale de Jamioulx. Le jeune truand a également dénoncé quatre complices, originaires de la région et dont deux sont encore mineurs. Pour le bien de l'enquête, l'information a été maintenue sous embargo par la presse. Des perquisitions ont en effet été menées au domicile de ces quatre jeunes qui, aux dernières nouvelles, étaient toujours en fuite. Le seul membre de cette bande intercepté a quant à lui été confié au juge de la Jeunesse qui a ordonné son placement en centre fermé. Le cas des mineurs fera certainement l'objet d'un dessaisissement pour les juridictions pénales, et en particulier la cour d'assises.

De ce que les enquêteurs ont pu apprendre, il s'agit bien d'un cambriolage d'amateurs qui a tourné au bain de sang. Deux des intrus, au moins, avaient en effet forcé la porte de l'atelier, puis celle de la partie privative pour entrer dans l'habitation. Pour les quelques euros qu'avait pu gagner le boulanger, revenu depuis deux jours d'un long congé ? Pour les clés de sa BMW série Z, fruit de son travail ? Difficile à dire à l'heure actuelle. Toujours est-il que lorsque Zeus, le beauceron de la maison, s'est jeté sur les intrus, ces derniers n'ont pas hésité à l'abattre. Et quand Pascal Hennuy s'est retrouvé face à eux, leur lançant un couteau pour les faire fuir, l'auteur armé lui a tiré une balle en plein coeur, à bout portant...

Tristesse et crainte Dans le village, la tristesse est de mise. La crainte aussi, surtout parmi les petits commerçants qui se posent des questions sur leur propre sécurité. Devant le " Fournil ", les bouquets de fleurs forment un tapis coloré. Un livreur s'arrête. Il s'écroule de soulagement sur sa camionnette lorsqu'on lui apprend que les auteurs de ce crime sont identifiés. " Je connaissais Pascal depuis des années ", raconte-t-il, les yeux rougis. " Il ne méritait pas ça. C'était un bosseur ".

Au funérarium Fontaine, où repose Pascal Hennuy, les amis et les proches défilent. Son épouse, son frère, son père viennent se recueillir. " On l'a abattu comme un chien ", lance ce dernier avant de se souvenir du petit Pascal. " Il a toujours voulu être boulanger. Enfant déjà, il adorait faire le pain avec moi le week-end ". Des amis, boulangers eux aussi, se rappellent d'un bon vivant, aimant les bonnes tables et le bon vin. Vendredi, lors de ses funérailles qui auront lieu à l'église Saint-André de Jamioulx à 11 heures, les collègues de Pascal feront une haie d'honneur avec leurs pelles à pain. Finalement, ce drame les concerne tous.

F.D.

Dans la presse du 9 novembre 2007 : 

 Vers l’Avenir :

  Les tueurs du boulanger en cavale  La police judiciaire fédérale est toujours à la recherche de quatre des cinq jeunes suspectés du meurtre perpétré dans la nuit de dimanche à lundi sur Pascal Hennuy, un boulanger de Jamioulx. Les quatre fugitifs, tous originaires d'une cité de Roux et parmi lesquels figurent deux mineurs, ont été identifiés suite à l'interpellation et aux aveux d'un de leur complice de 17 ans, placé depuis lors en centre fermé. Ces derniers étant toujours dans la nature, les forces de l'ordre ont demandé la publication d'un avis de recherche concernant les deux majeurs, Dorian Cherpion (23 ans) et Abdelah Mostefa (18). Le premier a déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Charleroi pour vol avec effraction. Le second était jusqu'alors inconnu de la Justice. Ces jeunes, qui pourraient avoir été mêlés à d'autres faits de violence, sont hautement suspectés d'avoir commis le cambriolage manqué de la boulangerie " Le Fournil ". Au moins deux d'entre eux s'étaient introduits cagoulés dans l'atelier, puis dans la partie privative. Ils avaient abattu le beauceron des propriétaires avant de tomber nez à nez avec Pascal Hennuy. Armé d'un couteau, ce dernier aurait lancé son arme en direction des malfrats. L'un d'eux a riposté d'un coup de feu, tuant le boulanger d'une balle dans le thorax. Toute personne ayant plus de renseignements sur Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, ou sur le lieu où ils résident est priée de s'adresser à la police fédérale au 0800 91 119.

Frédéric Dubois 

La Nouvelle Gazette :

Jamioulx Meurtre du boulanger Il a été agressé par des mineurs 

Un mineur interpellé est passé aux aveux. Ils étaient cinq agresseurs, dont trois mineurs


20071108-Fournil 002
 
   Le Soir :

 Jamioulx Un avis de recherche

Les tueurs sont toujours en cavale

La police judiciaire fédérale est toujours à la recherche de quatre des cinq jeunes suspectés du meurtre perpétré dans la nuit de dimanche à lundi sur Pascal Hennuy, un boulanger de Jamioulx. Les quatre fugitifs, tous originaires d'une cité de Roux et parmi lesquels figurent deux mineurs, ont été identifiés suite à l'interpellation et aux aveux d'un de leurs complices de 17 ans, placé depuis lors en centre fermé. Ces jeunes suspects étant toujours dans la nature, les forces de l'ordre ont demandé la publication d'un avis de recherche concernant les deux majeurs, Dorian Cherpion (23 ans) et Abdelah Mostefa (18 ans). Le premier a déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Charleroi pour vol avec effraction. Le second était jusqu'alors inconnu de la Justice. Ces deux jeunes, qui pourraient avoir été mêlés à d'autres faits de violence, sont hautement suspectés d'avoir commis le cambriolage manqué de la boulangerie « Le Fournil ». Au moins deux d'entre eux s'étaient introduits encagoulés dans l'atelier, puis dans la partie privative. Ils avaient abattu le chien des propriétaires, un beauceron, avant de tomber nez à nez avec Pascal Hennuy. Armé d'un couteau, ce dernier aurait lancé son arme en direction des malfrats. L'un d'eux aurait alors riposté d'un coup de feu, tuant le boulanger d'une balle en plein dans le thorax. Toute personne ayant plus de renseignements sur Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, ou sur le lieu où ils résident, est priée de s'adresser à la police fédérale au numéro de téléphone gratuit 0800/91.119.

FRÉDÉRIC DUBOIS   La Dernière Heure : 

Voici deux des suspects

Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa sont recherchés pour le meurtre du boulanger de Jamioulx

JAMIOULX L'enquête sur le meurtre de Pascal Hennuy, ce boulanger de Jamioulx abattu lors d'un cambriolage manqué survenu dans la nuit de dimanche à lundi, avance à grands pas. Après avoir intercepté un jeune garçon de 17 ans ce mardi, qui est passé aux aveux et qui a déjà été placé en centre fermé, les pandores de la police judiciaire fédérale de Charleroi Charleroi ont réussi à identifier ses quatre complices. Parmi ces quatre fugitifs, tous originaires d'une cité de Roux, figurent seulement deux majeurs. Le plus vieux, Dorian Cherpion, n'a que 23 ans. Il a pourtant déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Charleroi pour vol avec effraction. L'autre, qui se nomme Abdelah Mostefa, est âgé de 18 ans. Il était jusqu'alors inconnu des autorités judiciaires. Pour l'heure, Cherpion et Mostefa se terrent dans un lieu demeuré inconnu, à l'instar de leurs acolytes mineurs. Ces jeunes, dont l'arrestation pourrait permettre d'élucider plusieurs braquages, sont hautement suspectés d'avoir commis le cambriolage mortel de Jamioulx. Au moins deux d'entre eux sont en effet entrés par effraction dans l'atelier du Fournil, puis dans la partie privative. Là, ils ont abattu Zeus, le beauceron des propriétaires avant de tomber nez à nez avec Pascal Hennuy, réveillé par le vacarme. Ce dernier aurait tenté de se défendre en lançant un couteau. Mais l'un des auteurs a riposté, lui tirant une balle dans le thorax. Le boulanger n'a pas survécu. Ce vendredi, auront lieu les funérailles de Pascal Hennuy où des dizaines de personnes sont attendues. La levée du corps est prévue pour 10 h 30 au funérarium Fontaine de Gilly. La messe se déroulera dès 11 h à l'église Saint-André de Jamioulx. Toute personne ayant plus de renseignements sur Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, ou sur le lieu où ils résident, est priée de s'adresser à la police fédérale au 0800/91.119. F. D. Toute personne ayant plus de renseignements sur Abdelah Mostefa ou Dorian Cherpion est priée de s'adresser au 0800/91.119. (belga)

Quelques photos  de mon écran de télévision prises lors du journal de RTL - 19h, 9 novembre 2007) :

Copie de DSC_0150


 

Copie de DSC_0152

 La corporation des boulangers de la région venue en solidarité.

 Copie (3) de DSC_0158

 

Copie de DSC_0162

Vital Loraux, plus grand arbitre belge de football de tous les temps, habitant non loin du lieu du drame, est interviewé.

Copie de 20071109-Fournil

Copie de 20071109-Fournil 001
 

 

Dans la presse du samedi 10 novembre :

La Dernière Heure :

Adieu à l'artisan du pain

Plus de 300 personnes ont assisté aux funérailles de Pascal Hennuy, le boulanger assassiné

JAMIOULX  Le petit village de Jamioulx ne s'est pas encore remis du drame qui s'est joué lundi dernier, dans la boulangerie Le Fournil, installée sur la place Communale.

Une bande de cinq jeunes malfrats s'est introduite dans le commerce de Pascal Hennuy, abattant son chien Zeus avant de tomber nez à nez avec le propriétaire des lieux.

Pascal a vraisemblablement lancé un couteau de cuisine pour se défendre. Pour toute réponse, il a reçu une balle dans le thorax. Un coup de feu qui s'est avéré mortel. Les cinq auteurs de ce cambriolage manqué ont pris la fuite sans emporter de butin. Mardi, l'un d'eux, de 17 ans, a été pincé. Il est passé aux aveux et a dénoncé ses complices parmi lesquels figurent Dorian Cherpion, 23 ans, Abdelah Mostefa, 18 ans, et deux autres mineurs.

Aux dernières nouvelles, les quatre fugitifs étaient toujours dans la nature. Mais leur interception était sans doute une question d'heures.

Hier matin, Pascal Hennuy, l'artisan du pain, s'en est allé. Et plus de 300 personnes l'ont accompagné dans son dernier voyage. Sa femme Dominique, son père et son frère étaient bien sûrs présents, accablés par le chagrin. Mais de nombreux amis et collègues boulangers étaient là eux aussi, ces derniers s'étant même équipés de leurs pelles à pain qu'ils ont élevées en haie d'honneur sur le parvis de l'église.

Venu du funérarium Fontaine de Gilly, le cortège s'est arrêté devant la boulangerie pour une minute de silence. Puis il s'est ébranlé lentement jusqu'à l'église Saint-André, bondée de monde.

Difficile de retenir ses larmes lorsque le meilleur ami de Pascal a pris la parole, rappelant le caractère pugnace du jeune boulanger, qui a franchi les étapes de la vie pour se hisser là où il était. Et comment les gens pouvaient l'entendre rire et chanter dans son atelier où il travaillait avec ardeur.

Difficile aussi de ne pas se laisser envahir par un sentiment de vengeance envers ses assassins qui ont froidement abattu Pascal, alors qu'il cherchait juste à défendre son chien, sa femme, sa vie.

Frédéric Dubois

La Nouvelle Gazette, samedi 10 novembre :

20071110-Fournil

 

logo_rtl_info lundi, 12 novembre :

Meurtre boulanger à Jamioulx: les 2 suspects se sont livrés

DIVERS lun 12 nov Dorian Cherpion, 23 ans, et Abdelah Mostefa, 18 ans, recherchés depuis une semaine pour leur participation au meurtre d'un boulanger à Jamioulx, le 5 novembre dernier, se sont livrés ce week-end à la police, a-t-on appris lundi de source judiciaire à Charleroi.



 

 

 Dans la presse du mardi 13 novembre :

Vers l'Avenir :

Meurtre du boulanger : quasi tous arrêtés

Traqués comme ils l'étaient, les quatre meurtriers présumés du boulanger de Jamioulx ne pouvaient plus se terrer longtemps. Dimanche soir, une semaine après le cambriolage mortel du " Fournil " qui a coûté la vie à Pascal Hennuy, Dorian Cherpion (23 ans) et Abdelah Mostefa (18) se sont livrés aux forces de l'ordre. Les deux majeurs de ce quatuor ont été interrogés toute la nuit et présentés ce lundi à la juge d'instruction Brigitte Francotte. Après audition, la magistrate les a placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec violence avec la circonstance aggravante qu'un meurtre a été commis pour faciliter la fuite.

Il n'aura donc fallu qu'une semaine aux enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Charleroi pour élucider ce crime qui a secoué non seulement un village, mais également toute la corporation des petits commerçants. Mardi dernier, un premier suspect âgé de 17 ans était déjà pincé. Il n'a pas tardé à avouer sa participation passive au cambriolage mortel, avant de dénoncer ses complices.

Fin de semaine dernière, un autre mineur faisant partie de cette bande de la région de Roux et Courcelles a été intercepté. Celui-là ne semble pas avoir participé au drame de Jamioulx. Mais son interception pourrait permettre d'élucider plusieurs vols avec violences commis dans la région de Charleroi ces derniers temps.

Plus qu'un...

Un seul des suspects, âgé de 16 ans et identifié par les forces de l'ordre, se terre donc encore quelque part. Mais de source proche de l'enquête, son interception ne semblait plus être qu'une question d'heures. Son arrestation permettra aux enquêteurs de réaliser certains devoirs, comme des confrontations et une reconstitution. En effet, il semble que des incohérences, voire des contradictions, ressortent des premiers interrogatoires. Sans doute cherchent-ils à éviter d'endosser le rôle du tireur...

Quoiqu'il advienne, ce dossier sensible devrait prendre la direction de la cour d'assises, y compris pour les mineurs impliqués dans le meurtre. Ceux-ci devraient faire l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse pour les juridictions pénales. Ils n'échapperont donc pas à la prison ferme.

Frédéric Dubois

Copie de 20071113-Fournil

Copie de 20071113-Fournil 001

Le Soir :

Jamioulx Une semaine après le meurtre du boulanger

Les tueurs au complet

Une semaine après le cambriolage mortel qui a coûté la vie à Pascal Hennuy, le boulanger de Jamioulx, les limiers de la police judiciaire fédérale ont quasi bouclé la première partie de l'enquête. Dès mardi dernier, un mineur de 17 ans a été intercepté par les pandores de la section « homicides ». Et bien vite, l'adolescent est passé à table, avouant sa participation passive à l'expédition nocturne au sein du « Fournil », avant de donner les noms de ses trois complices : Dorian Cherpion (23 ans), Abdelah Mostefa (18), ainsi qu'un jeune garçon de 16 ans.

Fin de semaine dernière, les enquêteurs ont attrapé un cinquième suspect dans leurs filets. Originaire comme le reste de la bande de la région de Roux-Courcelles, ce jeune homme de 17 ans n'aurait pas participé au braquage mortel de Jamioulx. Son interception devrait toutefois permettre d'élucider plusieurs vols avec violence commis récemment dans la région de Charleroi, preuve que cette bande était déjà bien active malgré le jeune âge de ses membres.

Traqués par la police, placardés en photos dans les journaux, Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa ont fini par craquer. Dimanche soir, ils se sont finalement livrés aux forces de l'ordre.

Incohérences et contradictions

Entendus toute la nuit par les enquêteurs, ils ont été déférés hier devant la juge d'instruction Brigitte Francotte qui les a placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec violence avec la circonstance qu'un meurtre a été commis pour faciliter la fuite. Selon toute vraisemblance, des incohérences et des contradictions subsistent encore entre les déclarations des différents suspects.

Des confrontations et une future reconstitution des faits devraient pouvoir éclairer les enquêteurs sur les rôles de chacun, et notamment sur l'identité du tireur. A condition bien sûr que les policiers mettent la main sur l'ultime fugitif, à savoir un « gamin » de 16 ans qu'ils ont déjà identifié. De ce que l'on sait, son interception ne semblait plus être qu'une question d'heures.

D'ores et déjà, on se doute que ce dossier prendra la direction de la cour d'assises, y compris pour les mineurs impliqués dans le meurtre. Ceux-ci devraient faire l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse pour les juridictions pénales. Ils n'échapperont donc pas à la prison ferme.

Frédéric Dubois

La Dernière Heure :

Ils se sont livrés

Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, les meurtriers du boulanger se sont rendus dimanche soir. Plus qu'un…

JAMIOULX Il n'aura fallu qu'une semaine aux enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Charleroi pour coincer les tueurs du boulanger de Jamioulx.

Ceux qui, lundi dernier, se sont introduits dans le Fournil pour y commettre un cambriolage, n'hésitant pas à abattre Zeus, le chien, puis son maître, Pascal Hennuy.

Dimanche soir, après une traque d'une semaine, Dorian Cherpion (23 ans) et Abdelah Mostefa (18) se sont livrés aux forces de l'ordre.

Avec leurs photos placardées dans les journaux, ils ne pouvaient plus aller bien loin… Interrogés toute la nuit, Cherpion et Mostefa ont été présentés hier à la juge d'instruction Brigitte Francotte. La magistrate les a placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec violence avec la circonstance aggravante qu'un meurtre a été commis pour assurer la fuite. Il n'aura donc fallu qu'une semaine aux enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Charleroi pour élucider ce crime qui a secoué non seulement un village, mais également toute la corporation des petits commerçants.

Mardi dernier, un premier suspect âgé de 17 ans était déjà pincé. Il n'a pas tardé à avouer sa participation passive au cambriolage mortel, avant de dénoncer ses complices. Fin de semaine dernière, un autre mineur faisant partie de cette bande de la région de Roux et Courcelles a été intercepté. Celui-là ne semble pas avoir participé au drame de Jamioulx. Mais son interception pourrait permettre d'élucider plusieurs vols avec violences commis dans la région de Charleroi ces derniers temps. Un seul des suspects, âgé de 16 ans et identifié par les forces de l'ordre, se terre donc encore quelque part.

Mais de source proche de l'enquête, son interception ne semblait plus être qu'une question d'heures. Son arrestation permettra aux enquêteurs de réaliser certains devoirs, comme des confrontations et une reconstitution. En effet, il semble que des incohérences, voire des contradictions, ressortent des premiers interrogatoires. Sans doute cherchent-ils à éviter d'endosser le rôle du tireur… Quoiqu'il advienne, ce dossier sensible devrait prendre la direction de la cour d'assises, y compris pour les mineurs impliqués dans le meurtre. Ceux-ci devraient faire l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse pour les juridictions pénales. Ils n'échapperont donc pas à la prison ferme.

F.D.

La Libre Belgique :

Boulanger de Jamioulx : trois des auteurs arrêtés

Deux majeurs se sont constitués prisonniers après l'avis de recherche.

Pour deux habitants de la région de Charleroi, Dorian Cherpion, 23 ans, et Abdelah Mostefa, 18 ans, la situation était devenue intenable, après que le parquet carolo eut lancé un avis de recherche nominatif à leur égard, jeudi dernier. Difficile de se cacher, dans ces conditions… Ils se sont donc rendus ce week-end, a-t-on appris lundi.

Toujours est-il que ces deux jeunes gens sont soupçonnés de compter parmi les quatre auteurs du meurtre du boulanger Pascal Hennuy, âgé de 34 ans et qui tenait son commerce "Le Fournil” à Jamioulx. Le 5 novembre dernier vers 2 h 30 du matin, non sans avoir d'abord tué son chien, l'un des jeunes malfrats, qui étaient tous cagoulés et armés, a froidement abattu M. Hennuy. Alors, pourtant, qu'il était déjà couché au sol, semble-t-il. Les agresseurs étaient ensuite repartis sans butin.

Encore un mineur de 16 ans

La police avait toutefois réussi à identifier un premier auteur, mineur d'âge, le 7 novembre. Il était passé aux aveux. Reste donc en fuite un autre mineur de 16 ans, identifié.

Quant à Cherpion et Mostefa, ils ont été entendus par les enquêteurs de la police judiciaire fédérale, puis par la juge d'instruction Brigitte Francotte, qui les a tous deux placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec violences, avec la circonstance aggravante qu'un meurtre a été commis pour faciliter le vol ou en assurer l'impunité.

R.P (avec Belga) 

Dans la presse du 15 novembre :

Vers l'Avenir :

Les tueurs avaient déjà braqué

La bande qui a abattu un boulanger de Jamioulx le 5 novembre dernier, s'était déjà rendue coupable de deux agressions violentes, à Virelles et à Wayaux.

En neuf jours, l'enquête sur le meurtre de Pascal Hennuy, le boulanger de Jamioulx abattu chez lui par des cambrioleurs le 5 novembre, a progressé à pas de géants. Non contente d'avoir intercepté trois des quatre membres de cette expédition mortelle, ainsi qu'un mineur complice de cette bande, la police judiciaire fédérale de Charleroi peut aujourd'hui attribuer à ces individus deux autres vols avec violence, commis quelques jours plus tôt à Virelles et Wayaux, chez des personnes âgées.

Si les suspects se rejettent la responsabilité du tir mortel, les enquêteurs connaissent à présent le déroulement des faits. Cette nuit-là, vers 2 heures du matin, Dorian Cherpion (23 ans), Abdelah Mostefa (18) et deux mineurs de 16 et 17 ans se garent à 300 mètres de la boulangerie " Le Fournil ". Ils s'équipent de cagoules et d'armes dans la voiture avant d'entrer par effraction dans la partie privative. Zeus, le beauceron de Pascal Hennuy, joue parfaitement son rôle de chien de garde, et tient en respect deux des intrus qui l'abattent l'un avec un 9 mm, l'autre avec une carabine 22 Long. Le chien devra être euthanasié quelques heures plus tard.

Réveillés par le vacarme, Pascal Hennuy et sa femme tombent nez à nez avec les deux autres auteurs. L'épouse est contrainte de se coucher au sol. Le boulanger saisit un couteau qu'il lance en direction d'un malfrat, le blessant au pied. Un coup de feu part, tuant Pascal Hennuy quasi sur le coup et mettant en fuite les voleurs bredouilles. " Le modus operandi utilisé par les auteurs a rapidement permis aux enquêteurs de faire le lien avec deux agressions commises à Virelles et Wayaux, peu de temps auparavant ", déclare le Procureur du Roi, Christian De Valkeneer. " À Wayaux notamment, les auteurs avaient aussi abattu le chien des victimes avant de voler une arme utilisée lors du cambriolage mortel. Quant à la 22 Long dérobée à Virelles, elle a servi à tuer le chien du boulanger ".

Dès le lendemain des faits, un mineur, déjà bien connu des services de la jeunesse, se livrait aux policiers, passait aux aveux et dénonçait ses complices. Quelques jours plus tard, un autre jeune de 17 ans se rendait : il n'a probablement pas participé au raid mortel de Jamioulx, mais bien aux agressions de Wayaux et Virelles. Enfin, dimanche soir, Cherpion et Mostefa ont mis un terme à leur cavale. Ils ont depuis lors été placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec la circonstance qu'un meurtre a été commis pour le faciliter. Placés en centre fermé, les mineurs feront l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse et seront jugés par la cour d'assises. Le plus jeune, âgé de 16 ans, est toujours en cavale. Mais sans doute plus pour longtemps

Frédéric Dubois

 

Le Soir :

 

Jamioulx Les quatre jeunes étaient armés et déterminés

Les tueurs du boulanger écumaient toute la région

Neuf jours après le meurtre du boulanger de Jamioulx, l'enquête de la police judiciaire fédérale de Charleroi avance à pas de géants. Selon nos informations, les quatre jeunes gens, tous armés, qui avaient projeté de cambrioler le domicile privé du boulanger auraient été informés de la présence d'argent liquide au domicile de leur victime. La PJ a pu reconstituer le déroulement du drame. Le « commando » était arrivé à bord d'une voiture conduite par l'un des mineurs d'âge impliqués, Aubin B. (17 ans), qui avait « emprunté » ce véhicule à sa soeur. Garés à environ 300 m du commerce, ils se sont équipés de cagoules et d'armes dans la voiture avant de pénétrer dans l'habitation. Zeus, le beauceron de Pascal Hennuy, a joué son rôle de chien de garde. Dix coups de feu ont été tirés sur l'animal, notamment par Aubin, qui explique qu'il éprouvait de la peur à l'égard des chiens après avoir été mordu à la poitrine par un molosse alors qu'il était enfant. Rottweiler abattu Deux auteurs ont fait usage de deux armes différentes pour tuer le molosse : un 9 mm et une carabine 22 Long volée lors d'une agression sur personnes âgées commise à Wayaux, fin octobre. Cette nuit-là, cinq individus étaient entrés chez ces sexagénaires qu'ils avaient molestés et dépouillés. Et là aussi, ils avaient également abattu le rottweiler des propriétaires. Réveillés par le bruit, Pascal Hennuy et sa femme sont tombés nez à nez avec les deux autres auteurs. L'épouse a été contrainte de se coucher au sol. Le boulanger a saisi un couteau qu'il a lancé en direction d'un malfrat, le blessant au pied. Un coup de feu est parti, tuant Pascal Hennuy. Selon le témoignage d'Aubin, l'auteur du coup de feu mortel serait Dorian Cherpion (23 ans), qui nie. « Le modus operandi utilisé par les auteurs a rapidement permis aux enquêteurs de faire le lien avec deux agressions commises à Virelles et Wayaux, peu avant », explique le Procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer. « A chaque fois, des violences ont été exercées sur les victimes et un butin a été emporté, dont des armes qui ont été utilisées lors des faits de Jamioulx ». Dès le lendemain du meurtre, Aubin B., déjà bien connu du service Jeunesse, s'est livré aux forces de l'ordre. Il est passé aux aveux et a dénoncé ses complices, dont un autre mineur. L'avocat d'Aubin, Me Amrani, soutient que son client, même s'il a abattu le chien, « n'a pas participé au cambriolage mortel ». « Son implication est minime », soutient l'avocat qui compte bien s'ériger contre un dessaisissement des juridictions de la jeunesse. Dorian Cherpion (23 ans) et Abdelah Mostefa (18) ont mis un terme à leur cavale dimanche. Ils ont été placés sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec la circonstance aggravante de meurtre. Un mineur de 16 ans est toujours en fuite.  

Frédéric Dubois

La Dernière Heure :

L'enquête avance

Les tueurs du boulanger de Jamioulx avaient déjà braqué

JAMIOULX "En 9 jours, l'enquête sur le meurtre du boulanger de Jamioulx a avancé à pas de géant.” Le procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer, a souligné hier le travail effectué par la police judiciaire fédérale et la juge d'instruction Francotte dans ce dramatique dossier. Sur les quatre auteurs de ce cambriolage mortel survenu le 5 novembre, trois ont été pincés. Un quatrième larron, âgé de 17 ans, s'est livré. S'il ne semble pas concerné par l'expédition qui a coûté la vie à Pascal Hennuy, il pourrait bien être impliqué dans deux agressions sur personnes âgées survenues à Virelles et Wayaux, à la fin du mois d'octobre. Les enquêteurs avaient en effet eu l'attention attirée par le modus operandi identique. À chaque fois, les auteurs sont entrés au moins à quatre chez leurs victimes, n'hésitant pas à les molester pour les dépouiller. À Wayaux, ils ont abattu le rottweiler des propriétaires, comme ils ont abattu Zeus, le beauceron de Pascal Hennuy. Qui plus est, des armes ont été volées à Virelles et Wayaux. Et l'un d'elles, à savoir une carabine 22 Long, a servi à tuer le chien du boulanger, les auteurs ayant dû s'y mettre à deux pour se débarrasser du fidèle toutou qui a défendu ses maîtres jusqu'au bout. Pour l'heure, les suspects interceptés se rejettent la responsabilité du tir qui a tué Pascal Hennuy. Un coup de feu est parti, le blessant mortellement. Le lendemain, un mineur bien connu se constituait prisonnier et dénonçait ses complices. Dimanche dernier, Dorian Cherpion, 23 ans, et Abdelah Mostefa, 18 ans, se livraient également. Ils sont depuis lors à Jamioulx (la prison cette fois) pour tentative de vol avec la circonstance aggravante de meurtre. Les mineurs étant âgés d'au moins 16 ans n'échapperont pas à la cour d'assises. Y compris le cadet qui est toujours en cavale.

F. D.

La Libre Belgique :

Meurtriers du boulanger et agresseurs en général

Ceux qui ont agressé Pascal Hennuy en le tuant n'en étaient pas à leur coup d'essai.

Le procureur du Roi de Charleroi, Christian de Valkeneer, a exposé mercredi des éléments neufs concernant la bande qui, le 5 novembre, a mis à mort Pascal Hennuy, un boulanger de Jamioulx âgé de 34 ans. On savait que les auteurs avaient été identifiés, soit deux mineurs (dont un de 16 ans en fuite) ainsi que deux majeurs, Dorian Cherpion, 23 ans, déjà connu pour des vols qualifiés, et Abdelah Mostefa, 18 ans, au casier judiciaire vierge jusque-là Mais on a appris que certains d'entre eux avaient déjà été impliqués dans d'autres agressions violentes, à Wayaux et à Virelles.

Voleurs d'armes

Dans le premier cas, après avoir pénétré par effraction dans une maison, les agresseurs avaient abattu le chien, avant de porter des coups à un couple de sexagénaires. Dans le second, une sexagénaire avait été attaquée chez elle par quatre individus armés. Ils étaient repartis entre autres avec sa voiture. Mais, dans chaque cas, les voleurs ont aussi emporté une arme. Les deux ont été utilisées à Jamioulx. Précisément, le 5 novembre vers 2 heures, les quatre malfrats, cagoulés, gantés et armés, sont entrés dans l'habitation du boulanger et se sont trouvés face au chien de la maison qui, faisant son travail, s'en est pris à eux. Deux des agresseurs ont tiré sur lui, le tuant. Les deux autres se sont ensuite trouvés face au boulanger et à son épouse qu'ils ont obligée à se coucher au sol (et non son mari, comme précédemment écrit). Le boulanger a lancé un couteau vers eux et un des auteurs a tiré, le tuant net.

Tous aux assises ?

Pour conclure, le procureur a estimé que l'enquête pourrait établir d'autres faits à charge de la bande, qui comporte un 5e membre n'étant cependant pas intervenu lors des faits Jamioulx – même si le rôle précis des quatre n'est que partiellement connu, en l'attente de l'arrestation du fuyard. Enfin, M. De Valkeneer a relevé que les quatre auteurs de Jamioulx pourraient aller ensemble aux assises, si une ordonnance de dessaisissement intervenait en justice de la jeunesse pour les mineurs. R.P.

 

 

 

Dans la presse du 16 novembre :  Vers l’Avenir :   Un mineur aurait renseigné les malfrats L'enquête sur le meurtre du boulanger de Jamioulx, Pascal Hennuy, a connu un nouveau rebondissement ce mercredi. Cette fois, la police judiciaire fédérale de Charleroi a mis la main sur un jeune de 17 ans, originaire de Fontaine-l'Evêque, qui travaillait de temps à autre comme étudiant au " Fournil ". Rien avoir toutefois avec l'apprenti qu'employait Pascal Hennuy à une époque. Selon nos sources, il semble que ce nouveau suspect, placé depuis lors au centre fermé de Braine-le-Château, a renseigné les quatre membres de l'expédition mortelle du 5 novembre dernier sur la présence probable d'une somme d'argent de 6000 euros. Le boulanger devait apparemment effectuer un achat important cette semaine-là. C'est forts de cette information, que Dorian Cherpion (23 ans), Abdelah Mostefa (18) et deux autres mineurs auraient mis sur pied leur criminelle expédition, fatale au malheureux Pascal Hennuy. Le " Mauricien " toujours en cavale Pour l'heure, on ignore encore les rôles exacts de chacun des protagonistes, ceux-ci se rejetant la responsabilité du tir mortel. Les enquêteurs de la police judiciaire fédérale mettent donc les bouchées doubles pour intercepter le dernier suspect de 16 ans, surnommé le " Mauricien ". Aux dernières nouvelles, il était toujours en cavale. Hier, les deux majeurs, Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, devaient comparaître devant la Chambre du Conseil de Charleroi. Me Pierre Chomé, qui défend le premier, a toutefois demandé le report à jeudi prochain pour étudier le dossier. Abdelah Mostefa est quant à lui défendu par Me Philippe Balleux. Cette affaire ne semble pas devoir échapper à la cour d'assises, y compris pour les mineurs qui devraient faire l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse. Les braquages chez des personnes âgées de Wayaux et Virelles, commis par cette même bande, y seront également joints. Frédéric .Dubois

. La Dernière Heure :  

Complice des tueurs

Un mineur de 17 ans aurait rancardé la bande pour le braquage mortel de la boulangerie

 Chaque jour amène de nouveaux éléments dans l'enquête sur le crime du boulanger de Jamioulx. Si la PJF de Charleroi recherche toujours le dernier des quatre auteurs qui se trouvaient chez Pascal Hennuy, le 5 novembre, un autre jeune de 17 ans a été intercepté jeudi soir. Celui-ci n'est autre qu'un étudiant de Fontaine-l'Évêque qui a travaillé un peu pour le boulanger. Rien à voir toutefois avec l'apprenti que Pascal Hennuy a eu sous ses ordres tout un temps. Cet étudiant donc aurait rancardé Dorian Cherpion, Abdelah Mostefa et les deux autres mineurs sur la probable présence d'une forte somme chez le boulanger qui devait effectuer un achat cette semaine-là. On parle de 6.000 euros en liquide. L'étudiant n'a pas participé activement à l'expédition mortelle, mais devait apparemment obtenir sa part du butin. Déféré devant le juge de la jeunesse, il se trouve aujourd'hui au centre fermé de Braine-le-Château. Hier, les deux majeurs, à savoir Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, devaient comparaître devant la chambre du conseil de Charleroi. Me Pierre Chomé, qui défend le premier, a toutefois demandé le report à jeudi prochain pour étudier le dossier. Abdelah Mostefa est quant à lui défendu par Me Philippe Balleux. Cette affaire ne semble pas devoir échapper à la cour d'assises, y compris pour les mineurs qui devraient faire l'objet d'un dessaisissement.

Frédéric Dubois

Le Soir :

Nouvelle interpellation après l'attaque du « Fournil »

L'étudiant boulanger était de mèche

De nouveaux éléments s'ajoutent de jour en jour dans l'enquête sur le crime du boulanger de Jamioulx, perpétré le 5 novembre dernier. Mercredi soir, la police judiciaire fédérale de Charleroi a mis la main sur un jeune homme de 17 ans, suspecté d'avoir « donné le coup » aux jeunes agresseurs. Originaire de Fontaine-l'Evêque, le mineur avait vraisemblablement travaillé quelque fois comme étudiant pour Pascal Hennuy qui, soit dit en passant, a également eu sous ses ordres un apprenti, étranger à cette affaire. Il avait apparemment appris que le boulanger s'apprêtait à effectuer un achat important et qu'il détenait une grosse somme d'argent chez lui (6.000 euros, selon une source proche de l'enquête). Le jeune homme n'a apparemment pas participé en tant que tel à l'expédition mortelle, mais devait vraisemblablement toucher une part du butin pour les informations qu'il avait pu fournir à ses complices. Il a toutefois été présenté au juge de la Jeunesse qui l'a envoyé en institution fermée, à Braine-le-Château. Cette nuit-là, Dorian Cherpion, Abdelah Mostefa et deux mineurs de 16 et 17 ans avaient garé leur voiture à 300 mètres du « Fournil ». Ils s'étaient équipés d'armes à feu, de gants et de cagoules dans le véhicule avant de pénétrer par effraction. La veille, les auteurs étaient venus en repérages et il semble qu'il avait été convenu dès le départ de tuer le beauceron du boulanger. Sauf que le brave Zeus a donné du fil à retordre à deux des intrus qui ont dû utiliser une 22 Long et un 9 mm pour le rendre inoffensif, le chien ayant dû être euthanasié quelques heures plus tard. Le « Mauricien » recherché Alertés par le vacarme, Pascal Hennuy et son épouse Dominique sont alors descendus. Cette dernière a dû se coucher sur le sol tandis que son mari était plaqué contre un mur. Mais il s'est retourné, lançant un couteau qui a blessé l'un des truands au pied. Un coup de feu est parti, tuant le boulanger quasi sur le coup. Pour l'heure, les différents suspects arrêtés se rejettent la responsabilité du tir mortel. Inutile de dire que les enquêteurs font le forcing pour épingler le dernier auteur en cavale, un jeune homme de 16 ans surnommé le « Mauricien ». Des confrontations et une reconstitution permettront sans doute de discerner le rôle des quatre membres de l'expédition mortelle. Ce jeudi, Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa, les deux majeurs de la bande, devaient comparaître devant la Chambre du Conseil de Charleroi. Le conseil du premier, Me Pierre Chomé, a toutefois demandé le report de l'affaire à jeudi prochain afin d'étudier le dossier. Me Philippe Balleux assurera quant à lui la défense de Mostefa. Même si les conseils des mineurs tenteront de l'éviter, cette affaire fera vraisemblablement l'objet d'un dessaisissement du juge de la Jeunesse pour les juridictions d'assises. Deux agressions commises par la même bande, chez des personnes âgées de Virelles et Wayaux, y seront jointes.

FRÉDÉRIC DUBOIS

Dans la presse du 20 novembre :

La Dernière Heure :

Le tueur : "C'était lui ou moi”

 

23:20 Écrit par Karelkoning1 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

02/04/2007

Petit "break" à la prison !

Allez, ça y est ! Je vais combler un vide sur le net et rendre visible une des prisons les plus connues du pays. Il faut bien avouer que nous sommes bien loin de « Prison Break », d’Alcatraz ou d’un établissement complètement suranné. Evidemment, le bâtiment a pris quelques rides  mais n‘a rien de croulant comme certains pourraient l’imaginer.  Charleroi n’est pas loin et pourtant, la verdure et le calme des quartiers résidentiels voire cossus de Marcinelle Bruyère sont bien présents. La prison se situe dans une zone que je qualifierais de « no man’s land » à quelques mètres des limites de Marcinelle et Nalinnes et un peu plus loin du village de Jamioulx. Mais les frontières communales, même si elles ne sont pas toujours naturelles en ont décidé autrement et la prison sera celle de "Jamioulx" !

J’espère un jour posséder plus d’informations que je ne manquerai pas de diffuser.

 

20070302 295

 

 

2004-03-28 (70)

Au fond, au-dessus de la vallée, la prison trône à l'aurore. 

Photo prise dans le haut de la rue de Nalinnes, le seul endroit de Jamioulx  où les "touristes" peuvent découvrir ce domaine "réservé".

 

20070302 496

 

Le paradoxe : il faut quitter Jamioulx (par la rue Van Damme) pour atteindre la prison qui se trouve à environ 400m en continuant ce chemin non asphalté.

 

20070302 289

 

 

20070302 312

 

 

20070302 318

 

20070302 324

 

20070302 327

 

20070302 336

 

20070302 339

 

20070302 342

 

20070302 354

 

20070302 361

Cliché pris dans la forêt domaniale de Jamioulx

 

20070302 368

A votre droite, la prison...

 

20070302 373

 

20070302 377

A la sortie de la rue Van Damme, on retrouve la rue du Sanatorium située à Marcinelle (Bruyère)

 

 

20070302 378

Dans l'autre sens, au bout commence la rue de Marcinelle à Nalinnes.

 

20070302 382

La vue classique  découverte par la plupart des visiteurs d'un jour, de toujours et le personnel.

 

20070302 384

 

20070302 394

 

20070302 395

 

20070302 409

Les gardiens du temple ne sont pas toujours ceux qu'on croit !

 

20070302 422

En face, en contrebas, plan d'eau dans le bois.

 

20070302 427

 

20070302 447

 

20070302 460

Amer hasard : une cage devant les barreaux...

 

20070302 477

 

20070302 480

Retour vers Jamioulx

 

20070302 489

 

16:16 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (62) |  Facebook |

01/04/2007

Actualités/divers

m_c79c7c264b80dcdfc00146869f1956c2

William Dunker sera en concert ce 28 décembre à l'église Saint-André à 20h30.


 


Copie de 20070331 101

Grosse surprise lorsque je me rendis ce samedi 31 mars à Charleroi : la JS Jamioulx était invitée au Mambourg ! Vous pouvez voir plus de photos sur le site : www.mambourg-charleroi.net et plus précisément sur cette page : http://www.mambourg-charleroi.net/phpBB2/viewforum.php?f=1...

Si vous désirez des clichés en haute définition, veuillez simplement me joindre  par message sur le site.

 

20070331 007

 

20070331 097

 

20070331 208
20070328 132

Photo prise le mercredi 28mars. Le message est explicite.

20070328 133

 

00:22 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/03/2007

La gare

 

20070312 460

La gare de Jamioulx dont la façade a été rénovée et achevée en décembre 2006. Les briques recouvertes de peinture blanche ne font pas l'unanimité... 

 

20070312 525

La ligne 132 relie Charleroi à Walcourt-Mariembourg-Couvin et fait arrêt à Jamioulx à certaines heures.

 

21-03-03 034

Le quai nr 2 (en direction de Charleroi)

 

2005-03-06 (158)

 

20070312 450

 

2004-02-28 (51)

 

2004-04-12 (137)

 

 

20070312 445

Mars 2006

 

 

 

20070312 448

Cette partie du bâtiment devrait servir à l'aménagement du futur Syndicat d'Initiative actuellement situé quelques dizaines de mètres plus haut. 

 

20070312 457

 

20070312 513

 

20070312 514

 

 
 
20070312 512
 
 
 
20070312 555
La gare vue de la friche, réserve naturelle.

 

20070312 535

Train en direction de Walcourt.

 

2004-02-28 (55)

 

Pendant de très nombreuses années, la gare était devenue un chancre. Les guichets ayant disparu  ainsi que sa salle d'attente chauffée par un poêle au charbon, les usagers sont condamnés à attendre à l'extérieur. L'intérieur fut ravagé par des mains expertes. 

 

2004-04-12 (87)

Heureusement, ces images appartiennent désormais au passé.

 

2004-04-12 (88)

 

2004-04-12 (92)

 

2004-04-12 (110)

Des urinoirs avec des paroies séparatrices en pierre bleue. Voilà un luxe que pouvait prétendre une certaine époque.

 

2004-04-12 (111)

 

 

 

2004-04-12 (89)
 
 
 
2005-01-09 190

 

 

2005-01-09 191

Les toilettes vues de l'extérieur.

 

 

02-05-2003 (29)

 

2004-11-07 071

 

20061227 (214)

23:32 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

26/03/2007

Activités-événements

 
Ce samedi 21 avril, nettoyage de la portion de l'Eau d'Heure traversant Jamioulx. Très belle initiative du club de pêche "La Frétillante". Bravo pour le bénévolat.
 
 
 
20070415 015

Comme chaque année, foire aux vins au Syndicat d'Initiative

 

Tout le monde n'a pas la chance de partir en vacances pendant les congés de Pâques, alors pour tout ceux qui restent dans la Belgique profonde, nous vous convions à une soirée de fous!

Soirée Bière à 1€uro!

Il y aura aussi d'autres boissons comme de la kriek et des barcardis et biensur des softs pour nos Bobs et Bobette chéris!

 

57464_2[1]

'Soirée Bière à 1€uro'

Lieu: Foyer à Jamioulx

Adresse: W Brogneaux 4, 6120 Jamioulx

Tarif: 5€ l'entrée! 1€ la biere, 1€ les softs

Téléphone: 0477/97.41.97

Public: à partir de 16 ans.

Le 30 mars 

 

www.quefaire.be

11:02 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

rue d'Andrémont

01-05-2003 (1)

Vue du bois à gauche après le pont en remontant la rue.

 

Jamioulx 18-05-2003 (8)

Début de la rue en quittant la gare. Enfant, ce fut la première vue que j'ai eu l'occasion d'apprécier. Cet immense mur vert se dressant devant mes yeux m'a marqué à vie.

 

08-08-2003

 

 

2004-12-27 125

 

 

2005-03-06 (42)

 

 

2005-10-16 243

 

 

2005-12-30 160

 

 

2006-05-20

 

 

20061008 (56)

 

 

20070312 477

 

2005-01-24 070

 

 

20070312 661

 

De nombreuses photos suivront.

00:38 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/03/2007

Place Communale

2006-05-13 025

 

20070312 115

 

2004-12-27 151

Lors des illuminations de décembre 2004

 

20070312 155

 

 
2004-12-27 152

 
2005-03-06 (75)

 

2005-10-16 294

Une partie de la pharmacie, de la gare et de "Tonton Charles".   

 

20070312 089

Mars 2007

 

20070312 098

 

20070312 108

Le Syndicat d'Initiative

 

20070312 133

 

20070312 138

 

20070312 141

 

20070312 142

 

20070312 144

 

20070312 146

 

 

20070312 152

 

20070312 157

 

20070312 159

09:45 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

21/03/2007

 La vallée (Basse Forêt)

 
 
 
 
2006-05-29 (39)
La vallée (moins connue sous le nom de "Basse Forêt"- terme utilisé sur les cartes IGN). Photo prise d’un jardin de la rue d'Andrémont.

Ce magnifique écrin de verdure résistera-t-il à un ambitieux projet de parc privé, certes esthétique, mais qui risque d’anéantir le caractère bucolique, grandiose et strictement naturel de cette zone verte.

Vu sous cet angle, le panorama paraît inconnu et pourtant, c’est la première vue qui se dévoile aux véhicules et aux rares piétons dans le virage descendant la rue Baudouin Leprince. 

Vue classique ci-dessous :

 

 

20061008 (30)

Vue classique de la vallée. Quelques as du volant en manque de sensations fortes ont déjà réussi à dévaler cette prairie pentue…

 

2005-12-30 075

Le 30 décembre 2005. Comme quoi, les hivers neigeux ne sont pas encore enterrés par le fameux réchauffement climatique.

 
 
 
2004-03-28 (12)

Vue générale du bois de Marbaix et de la Basse Forêt avec au milieu, traversant les deux zones, la rue d'Andrémont illuminée par le soleil naissant de l'aurore hivernal..

00:08 Écrit par Karelkoning1 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/03/2007

 Vues générales

20070314 067

 

Bien loin de moi de vouloir créer un blog jamelovien  complet retraçant en profondeur son histoire et ses caractéristiques. Je n’en ni les capacités ni les informations nécessaires.  Le site www.jamioulx.info  s’en charge parfaitement.

 

Vue  aérienne de jamioulx (2)

 

 

Le seul objectif de ces quelques pages est de combler un vide photographique qui me frustre depuis des années.

Non seulement j’atténuerai ce manque évident et par la même occasion, je tenterai de combattre tous les clichés et idées reçues sur la région  carolorégienne, d’autant plus que notre célèbre prison est devenue un des établissements pénitentiaires les plus célèbres du royaume.

 

Certaines zones de l’est du Hainaut ne sont pas des plus joyeuses,  je le reconnais, mais la ceinture sud de Charleroi recèle quelques charmants villages et des coins verts insoupçonnés, même des Carolos voisins.

Jamioulx est un village réunissant tous les services et les commodités qu’un citoyen peut espérer. Une gare, des arrêts de bus à quelques mètres de votre porte, des commerces (banque, pharmacie, librairie, café, restaurant, deux boulangeries, boucherie), un service (para)médical bien ancré avec ses dentistes, médecins, kinésithérapeutes et j’en passe. Sans oublier un Syndicat d’Initiative d’une activité débordante  (organisation d’une  foire aux vins annuelle,   de courses de caisses à savon, de concerts et des fameuses féeries lumineuses de Noël dont le village fut un  des pionniers). Le sport n’est pas en reste avec des terrains de tennis et  de football, un parcours santé Hébert. Que dire du cadre naturel avec sa réserve ornithologique, ses nombreux bois encerclant le fond de la vallée dans laquelle se love notre village arrosé par la célèbre Eau d’Heure (ayant donné son nom aux barrages). Une nature omniprésente qui attire des randonneurs et des scouts venant souvent du nord du pays. Il n’est pas rare d’entendre la langue de Vondel. 

Et oui, tout cela pour quelques centaines d’habitants.

N’hésitez pas à me contacter pour enrichir ce blog avec vos anecdotes et vos photos originales prises de votre maison, de votre jardin, bref des vues inconnues de la plupart des habitants eux-mêmes.     

 

 

 

Vue aérienne de Jamioulx

 

 

 

Avertissement :

 

Mon ambition est simple : rendre en images notre belle commune. Chaque quartier, chaque coin, chaque rue aura droit à ses petits clichés. Depuis longtemps, l’envie me brûle de combler ce vide sur la toile. Je ne me rendais pas compte de la lourdeur de la tache alors que Jamioulx est finalement si petit. A force de reporter l’initiative de commencer ce devoir que je qualifierais de civique, les années passent. Je me lance donc dans la première ébauche de ce blog qui sera mis à jour au grès de mon temps libre, de mon  humeur, des saisons, du vent et de l’actualité.

 

2005-12-30 060

 

 

2005-10-16 260

 

23:43 Écrit par Karelkoning1 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |