20/04/2009

Noyade au barrage (18 avril 2009)

Un pari vire au drame

Julien, 15 ans, se noie dans la Sambre

C'est sans doute un pari stupide entre adolescents qui a causé la mort, par noyade, de Julien Stawiarski, un Marcinellois de 15 ans.

Malgré la météo maussade, le jeune homme et deux de ses amis ont décidé de se baigner dans l'Eau d'Heure, à hauteur du déversoir de Jamioulx. Les remous provoqués par le barrage et la turpitude des eaux auraient suffi à décourager n'importe quel baigneur. Mais les trois camarades, qui avaient consommé quelques bières, ont osé s'aventurer dans ce que les plongeurs des pompiers de Charleroi ont qualifié de véritable « machine à laver ». « L'eau était glaciale, explique Orlando, l'un des amis de la victime. Je regagnais la berge lorsque Julien, par défi, a replongé. Il a été emporté par le courant. J'ai voulu l'aider, mais j'ai moi-même failli me noyer. »

Julien n'est plus réapparu à la surface. Choqués, ses deux camarades ont tardé à appeler les secours. « Ils sont restés sur place une quarantaine de minutes en espérant voir leur ami remonter à la surface, explique le commissaire Laurent Rapport de la police locale de Charleroi. Ils ont ensuite rejoint à pied l'avenue Meurée de Marcinelle. Ce n'est donc qu'à 21 h 48 que nous avons reçu l'appel. »

Descendus sur place, les plongeurs des pompiers carolos n'ont pu se mettre directement à l'eau, vu la force du courant. A l'aide de grappins, ils ont tout d'abord sondé les fonds du déversoir, avant qu'un ingénieur des voies navigables ne vienne leur prêter main-forte. « Nous avons d'abord accéléré le courant, explique le commandant André Gilles. Quatre plongeurs, arrimés à une corde, ont formé un barrage humain. Sans résultats. Le barrage a ensuite été fermé et les plongeurs ont pu accéder aux abords du déversoir. » Les recherches ont été interrompues vers 1 heure du matin pour reprendre dimanche, vers 9 heures. Finalement, le corps de Julien a été repêché vers 10 heures, à un kilomètre en aval.

F.Ds
Le Soir

Kevin : "J'ai failli être emporté. L'eau était bien trop froide”

L'un des camarades de Julien a manqué de se noyer en tentant de le sauver

 Prostrés dans l'ambulance, Kévin et Orlando, les amis de Julien Stawiarski, ont été ramenés par la police sur les lieux du drame. Leur témoignage était évidemment primordial dans la recherche du corps du jeune homme puisque, après un tel délai, il n'était évidemment plus question de le retrouver vivant.

Transis de froid, les deux jeunes échangent quelques brèves paroles, regardant de temps à autre en direction des eaux noires de la rivière. Là où leur ami a été englouti par le courant.

"Moi, je n'ai pas nagé, explique Kévin, penaud. Elle était bien trop froide.” Et Orlando renchérit : "C'était la deuxième fois que nous venions ici. J'allais sortir à cause de la température quand Julien, par défi, a décidé de replonger. Il a été emporté par le courant. J'ai tenté de le récupérer, mais j'ai moi-même failli me noyer. C'est Kévin qui m'a aidé à sortir. Julien, lui, n'est plus réapparu.”

Choqués, les deux jeunes ont été ramenés en milieu hospitalier pour y recevoir un soutien psychologique. Et c'est sans doute cet état de choc qui a paralysé Kévin et Orlando, les empêchant d'appeler les secours plus tôt. Ils affirment qu'ils n'avaient pas leur GSM, mais Julien avait laissé le sien sur la berge. De même, des habitations se trouvent à proximité, mais ils n'ont pas eu le réflexe de frapper à la première porte.

Hier, les deux jeunes étaient sous tranquillisants. L'enquête, elle, a été confiée à la police locale de la zone Germinalt.

F. D.

Julien noyé dans l'Eau d'Heure

Un pari stupide entre copains a transformé cette baignade frigorifique en tragédie

Il faisait froid ce samedi. Et la pluie battante n'arrangeait rien à cette météo maussade. Cela n'a toutefois pas empêché Julien Stawiarski, Kévin et Orlando, trois adolescents de Marcinelle et Gilly, d'aller piquer une tête dans l'Eau d'Heure, à hauteur du déversoir de Jamioulx.

L'endroit est interdit à la baignade, même si aucun panneau ne l'indique. Il faut dire que la seule vue des remous devrait décourager les plus téméraires. En effet, le courant provoqué par la petite cascade fait de cet endroit une véritable machine à laver. Il suffit d'observer les ballons et autres déchets plonger subitement lorsqu'ils sont frappés par l'eau, pour réapparaître quelques secondes plus tard et revenir inlassablement vers le déversoir.

"C'est sans doute un pari stupide qui est à l'origine du drame”, explique le commissaire Laurent Rapport, de la police locale de Charleroi. "Les trois jeunes étaient venus se baigner, malgré la météo maussade. Ils avaient peut-être bu quelques bières. Julien a apparemment voulu montrer à ses copains qu'il pouvait affronter le froid, contrairement à eux qui désiraient sortir de l'eau. Vêtu de son seul caleçon, il a replongé mais a été emporté par le courant.”

Paniqués, Kévin et Orlando vont mettre plus de deux heures à prévenir les secours. "Vers 19 h 30, ils ont quitté les lieux”, poursuit le commissaire Rapport. "Ils ont vainement attendu que leur ami remonte à la surface avant de repartir à pied jusqu'à Marcinelle (à 8 km, NdlR). Ce n'est donc qu'à 21h48 que nous avons reçu l'appel.”

Immédiatement, les polices de Charleroi et Germinalt se sont rendues sur place, suivies des plongeurs des pompiers de Charleroi et d'une équipe médicalisée. Kévin et Orlando ont été ramenés sur les lieux pour aider les sapeurs à localiser l'endroit exact où Julien a disparu sous les flots. Le courant étant trop puissant, les plongeurs n'ont pu intervenir immédiatement.

C'est donc avec des grappins jetés dans le déversoir que les secouristes ont tout d'abord sondé les fonds, avant qu'un ingénieur des voies navigables n'intervienne pour fermer temporairement le barrage.

À 1 h du matin, les recherches ont été interrompues avec la certitude que le corps de Julien ne se trouvait pas aux abords du déversoir. Vers 10 heures du matin ce dimanche, les pompiers ont repris leur travail, inspectant les berges de l'Eau d'Heure

Finalement , c'est aux abords de la propriété de l'entrepreneur Michel Vandezande que le corps du pauvre garçon a été repêché, soit un kilomètre en aval du déversoir.

F. D.

La Dernière Heure

Faits divers

Un adolescent se noie dans l'Eau d'Heure

Les services de secours ont retrouvé, dimanche, vers 10h30, le corps du jeune garçon disparu samedi en début de soirée, noyé dans l'Eau d'Heure à Jamioulx. L'adolescent, prénommé Julien et âgé de 15 ans, était tombé à l'eau samedi soir alors qu'il était avec d'autres jeunes. Ceux-ci n'avaient signalé sa disparition qu'après plusieurs heures aux services de secours. Ces derniers avaient suspendu leurs recherches vers 1 heure du matin, et les ont reprises dimanche aux premières heures. Le corps a été retrouvé sans vie dans l'Eau d'Heure, dans les bois, sur le territoire de Jamioulx, jusqu'où il avait dérivé.

(Belga)

La Libre Belgique

 

07:54 Écrit par Karelkoning1 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |